Wendy Holdener : "J'ai vécu des moments compliqués"

Chris Geiger, à Cortina

7.2.2021

Double championne du monde en titre, Wendy Holdener va remettre ses médailles d'or en jeu lundi à Cortina à l'occasion du combiné. La Schwytzoise espère retrouver la confiance… et le podium au bon moment.

Wendy Holdener fait partie des favorites du combiné.
Keystone

C'est avec une certaine pression sur les épaules que Wendy Holdener a débarqué samedi à Cortina. En Italie, la Schwytzoise n'aura d'ailleurs pas le temps de tergiverser, elle qui fait partie des grandes favorites du combiné initial prévu lundi.

Double championne du monde en titre, la skieuse d’Unteriberg ne connaît toutefois pas le meilleur début de saison de sa carrière. Présente une seule fois sur la boîte cet hiver, la Suissesse débarque en Vénétie en mal de confiance. Mais avec de légitimes ambitions.

"Le combiné s'annonce passionnant et disputé. Le fait d'avoir gagné deux fois l'or dans cette discipline me motive, mais ce sera très serré. Nous sommes 7 ou 8 à viser l'or", a d’abord confié la skieuse de 27 ans.



Avant de révéler ses attentes. "Cette épreuve est très importante pour moi car c'est une discipline que j'apprécie. Cela fait d'ailleurs plusieurs semaines que je la prépare. Plus globalement, je suis très contente de commencer ces Mondiaux, Cortina étant un but depuis longtemps."

Le calendrier de ces joutes mondiales a toutefois déjà été perturbé, les deux manches du combiné de lundi ayant été inversées en raison des précipitations de neige annoncées sur la station transalpine. "A Pyeongchang, on avait aussi commencé par le slalom, ce n'était ni ordinaire, ni facile. Il faut donc prendre le programme comme il est", a banalisé Wendy Holdener.

Avec 39 podiums en Coupe du monde au compteur, la Schwytzoise bénéficie désormais d'une certaine expérience pour gérer au mieux ce genre d'imprévus. Un vécu qui lui a d’ailleurs été utile cet hiver lorsqu'elle a dû affronter des périodes de doute.



"J'ai effectivement vécu des moments compliqués, mais j'espère avoir trouvé la solution pour être performante ici à Cortina. Mais s'il me manquait quelque chose, je ne serais pas au départ des Mondiaux", a rassuré la sociétaire du Ski-Club de Drusberg.

En accrochant la troisième place du slalom de Flachau le 12 janvier dernier, l'Helvète a d'ailleurs retrouvé un peu de sérénité. "C'était très important de retrouver le podium. J'ai tout le temps vu qu'il ne me manquait pas beaucoup. Ça m'a donc fait du bien de confirmer en slalom et ça m'a bien sûr libérée. Ça m'a donné de l'énergie, de la motivation et de la sécurité. Surtout, ça m'a confirmé que ce que je faisais fonctionne."

Une embellie qui s'est toutefois révélée insuffisante aux yeux de la Suissesse, elle qui a décidé de se séparer mercredi de son entraîneur Klaus Mayrhofer. Un choix payant ? La réponse ces quinze prochains jours lors desquels, en plus du combiné, un parallèle, un géant puis un slalom l’attendent.

Retour à la page d'accueilRetour au sport