Marco Odermatt

Marco Odermatt : «J’espère que c’est le début de quelque chose»

Grégoire Galley, à Courchevel

16.3.2022

Retrouvez les réactions de Marco Odermatt et Beat Feuz recueillies à l’issue de la descente de Courchevel.

Marco Odermatt et Beat Feuz : un duo qui fait des étincelles.
KEYSTONE

Grégoire Galley, à Courchevel

16.3.2022

  2e

Marco Odermatt

«J’aurais bien aimé aider Beat à remporter le globe de la descente. Aujourd’hui, j’ai regardé les courses de Feuz et de Kilde dans la zone de départ. J’ai encore vite demandé au kiné avant de m'élancer et il m'a confirmé qu'ils étaient toujours premier et deuxième. On avait déjà discuté du fait que je devais me classer entre les deux (pour permettre à Feuz de dépasser Kilde au classement de la descente). C'était joli de les dépasser tous les deux, mais aussi dommage au final. En revanche, je suis bien évidemment content d’avoir remporté le globe du classement général. C’est un magnifique sentiment, il était dans l'air depuis quelques semaines, mais là je suis vraiment soulagé. J'espère que ce n'est que le début de quelque chose, pas la fin. Je suis encore jeune et j'ai encore quelques années devant moi. Concernant ma saison en descente, j’ai beaucoup travaillé et surtout appris très rapidement grâce à Beat.»



  3e

Beat Feuz

«C’est un peu dommage de laisser échapper le globe de la discipline. Aujourd’hui, j’ai pris tous les risques sur cette piste. Malheureusement, j’ai commis une erreur au milieu du parcours ce qui m’a fait perdre beaucoup de temps. Dans tous les cas, je devais skier à la limite pour terminer sur le podium. Je suis tout de même très satisfait de ma saison avec mes victoires à Kitzbühel et aux Jeux olympiques de Pékin. J’accroche aussi un septième podium de l’hiver avec cette troisième place. C’est vraiment très positif. J’espère gagner un cinquième globe en descente l’année prochaine mais avant cela, je vais déjà disputer le super-G demain et ensuite m’octroyer une pause. Puis, il faudra débuter la préparation physique. Je ne pense pas encore à la retraite. Je compte poursuivre ma carrière tant que j’ai du plaisir sur les skis, mais c’est clair qu’elle ne va pas durer encore dix ans.»