Triomphe autrichien, énorme frayeur suisse

17.1.2020 - 14:53, ATS

Matthias Mayer a remporté à la surprise générale le combiné de Wengen. L'Autrichien, spécialiste de la vitesse, signe le septième succès de sa carrière en Coupe du monde mais le premier dans la discipline. Loïc Meillard a pris la quatrième place.

Matthias Mayer a remporté le combiné de Wengen.
Keystone

En tête après la descente, Mayer a profité du nouveau format de la compétition – il s'est élancé en premier dans le slalom – pour faire la nique aux techniciens, sur lesquels il a étonnamment pu limiter la casse. «C'est une surprise, pas de me voir devant en descente mais plus en slalom», s'est amusé le vainqueur au micro de la RTS, confiant qu'il n'avait que cinq jours de pratique du virage court depuis l'automne passé...

Mais «non!», il ne s'alignera pas dans le slalom de dimanche, a-t-il encore plaisanté. Le champion olympique 2014 de descente et 2018 de super-G n'est pas non plus un total inconnu en combiné, ayant par exemple terminé quatrième à Wengen (déjà) en 2015 et sixième à Bormio en 2017.

Grands favoris de la course, les Français Alexis Pinturault (2e à 0''07) et Victor Muffat-Jeandet (3e à 0''67) doivent ainsi se contenter d'un podium. Les slalomeurs ont dû s'avouer vaincus entre les piquets alors que les écarts creusés par les rois de la vitesse, au terme de la descente, semblaient insuffisants. De quoi, probablement, conforter la FIS dans son choix de nouveau format, plutôt critiqué après le combiné dames d'Altenmarkt qui était déjà joué après les trois premières partantes de la seconde manche.

«Un bon format»

«Je ne sais pas si Mayer est un vainqueur surprise, mais il est clair que le nouveau format met les slalomeurs en difficulté», a expliqué Pinturault à la TV. Tout en se montrant très beau joueur: «C'est un bon format qui donne leur chance aux descendeurs. Certes c'est plus difficile pour nous mais les cartes sont redistribuées.»

Même sportivité du côté de Muffat-Jeandet, toujours sur la RTS: «La piste de slalom était moins bien préparée qu'à Bormio, ça a vite chauffé. Mais Matthias n'a évidemment rien volé à personne et ce format oblige désormais tout le monde à sortir deux très grandes manches pour gagner.»

Le bilan est plutôt mitigé dans le camp suisse, avec la quatrième place de Loïc Meillard pour meilleur résultat. Le Valaisan a concédé 1''02 à Mayer, échouant à 35 centièmes du podium. «Il fallait attaquer, je l'ai fait mais j'ai commis quelques erreurs», a commenté un Meillard qui attend avec impatience «le vrai slalom de dimanche».

Niels Hintermann a pris le neuvième rang, Justin Murisier le onzième, Luca Aerni le treizième, Gilles Roulin le quinzième et Stefan Rogentin le vingtième.

La grosse frayeur de Caviezel

A noter encore la descente mouvementée de Mauro Caviezel, le médaillé de bronze des Mondiaux 2017. Après avoir touché les filets... en l'air à la Tête de chien (une image qui fera le tour du monde), le Grison était clairement devant au deuxième intermédiaire avant de connaître l'élimination.

Swiss Ski pourra toujours se consoler en regardant le détail des performances de ses protégés. Car Meillard a signé le deuxième temps du slalom à 0''84 de Pinturault et que tant Gilles Roulin (2e) que Niels Hintermann (5e) se sont montrés très à l'aise dans la descente. De bon augure avant l'épreuve reine de samedi et le slalom de dimanche.

Retour à la page d'accueilRetour au sport