"C'est égoïste" - Kyrgios tacle l'ATP et interpelle Federer

Teleclub NL

11.6.2020

Après Novak Djokovic, Nick Kyrgios a également fait part de ses craintes concernant la tenue de l'US Open, prévu fin août. L'Australien n'a ainsi pas hésité à s'en prendre à l'ATP et à interpeller le "Big 3". Un avis qui est loin de faire l'unanimité auprès des joueurs moins cotés.

Nick Kyrgios: "L'ATP essaie de faire jouer l'US Open. C'est égoïste."
Keystone

La tenue de l'édition 2020 de l'US Open, prévue du 31 août au 13 septembre, ne cesse de diviser les acteurs du monde du tennis. Après Novak Djokovic (ATP 1), c'est ainsi au tour de Nick Kyrgios (ATP 40) de donner son avis sur la question. Si les deux tennismen sont d'accord sur le fait qu'ils ne se voient pas jouer à Flushing Meadows à la fin de l'été, les raisons invoquées par ces derniers divergent. 

Le Serbe a, en effet, estimé que les mesures sanitaires "extrêmes" imposées pour la quinzaine new-yorkaise n'étaient pas "soutenables". En revanches, l'Australien, lui, s'est dit inquiet concernant l'avancée du coronavirus et les manifestions antiracistes qui touchent les Etats-Unis depuis la mort de George Floyd, étouffé par un policier. 

"L'ATP essaie de faire jouer l'US Open. C'est égoïste quand on voit tout ce qui se passe en ce moment. Avec le COVID bien sûr, mais les émeutes aussi (ndlr: après la mort tragique de George Floyd). A mon avis, nous devons surmonter ces défis ensemble avant que le tennis reprenne", a ainsi écrit le natif de Canberra sur son compte Twitter.

Afin d'appuyer sa position, Kyrgios n'a, par ailleurs, pas hésité à interpeller les membres du "Big 3" sur les réseaux sociaux jeudi. "Pensez-vous que l'US Open devrait avoir lieu?", a-t-il ainsi demandé à Novak Djokovic, Rafael Nadal (ATP 2) et Roger Federer (ATP 4). Il est vrai que l'avis de l'Espagnol - qui a déjà fait part de ses craintes récemment - et du Suisse - dont la saison est terminée - serait un appui de poids face à l'ATP.

Toutefois, le point de vue des joueurs de premier plan est loin d'être partagé par leurs homologues. En effet, après le Britannique Daniel Evans (ATP 28) qui a affirmé que les arguments du "Djoker" n'étaient pas "valables", l'Américaine Danielle Collins (WTA 51) a aussi tenu à répondre au numéro 1 mondial. 

"Trop facile pour quelqu'un qui a gagné 150 millions"

"Djokovic, je vois une grosse contradiction entre tes propos du jour (ndlr: mercredi) et ton projet de fonds de solidarité pour les joueurs classés au-delà du Top 250", a-t-elle alors pesté. "Nous n'avons pas pu jouer depuis février. Cet US Open est une opportunité immense de regagner enfin de l'argent. Et voilà que les meilleurs du monde nous disent que c'est trop difficile de venir avec un seul accompagnant... Si la situation sanitaire est sûre, on devrait tous soutenir cette solution."

Selon Collins, il "est trop facile pour quelqu'un qui a gagné 150 millions de dollars en carrière d'essayer de dire aux gens ce qu'ils devraient faire de leur argent puis de refuser de participer à l'US Open."

De son côté, l'ATP a tenu mercredi une conférence en ligne avec environ 400 membres, joueurs inclus, concernant les scénarios de reprise possibles et rendra son verdict sur le sujet lundi prochain.

Retour à la page d'accueilRetour au sport