US Open

"Je me suis détesté" - Les superstitions des Fernandes

ATS

11.9.2021 - 06:11

ATS

11.9.2021 - 06:11

Jorge Fernandez n'assistera pas à la finale de l'US Open qui opposera sa fille Leylah, dont il est aussi l'entraîneur, à Emma Raducanu samedi à New York.

Le père de Leylah Fernandez sera dans le coeur de sa fille pour la finale.
Keystone

Superstitieux, il craint de perturber des habitudes qui ont bien fonctionné jusque-là. «Non, je ne serai pas à là. Je suis extrêmement superstitieux. Ma fille l'est aussi», a expliqué lors d'une conférence téléphonique cet ancien joueur de foot professionnel équatorien, qui a pris en mains la carrière tennistique de sa fille alors qu'elle avait sept ans, sans connaître grand-chose à ce sport.

«On n'y touche pas»

«J'utilise le même shampoing le jour du match, je porte le même jean, les mêmes chaussettes et les mêmes sous-vêtements. Ce n'est pas nouveau. Vous faites vos lacets d'une certaine manière. Leylah et moi, quand on a trouvé quelque chose qui marche, on n'y touche pas», a déclaré Jorge Fernandez, qui regardera sa fille jouer depuis chez lui en Floride, comme il le fait depuis le début du tournoi.



Jorge Fernandez sait que Leylah (19 ans) aura fort à faire face à Emma Raducanu (18 ans). «Elle va jouer contre une autre guerrière. Je ne pense pas que l'âge ou le classement devraient avoir de l'importance. Il s'agit d'une finale. Il faut tout donner, il faut faire en sorte que, quelle que soit la façon dont ça se termine, il n'y ait pas de regrets», a-t-il dit.

Le souvenir d'Acapulco

Il se souvient avec aigreur de la dernière fois où il était présent en tribunes pour une finale impliquant sa fille. «C'était à Acapulco l'an passé et elle avait perdu. Je me suis détesté pendant deux bons mois après. Les gens me disaient: 'Allez, c'est juste un match, elle est allée en finale'». Mais au fond de moi, c'était 'Non, je n'aurais pas dû venir. Je n'aurais pas dû être là'.»

«C'est vraiment une question de superstition. Elle sait que je la soutiens de loin. Je suis dans son coeur et elle est dans le mien. Tous ceux qui l'ont vue dans le stade, c'est fantastique. Mais je vais la regarder de l'autre côté de ma table de la cuisine, là où nous dînons habituellement, et nous allons nous en sortir», a-t-il conclu.

ATS