Bencic pourrait zapper l'US Open

ATS

26.6.2020 - 12:19

Belinda Bencic ne sait toujours pas si elle va participer à l'US Open de New York. La numéro 8 à la WTA veut attendre de voir comment la situation évolue avant de prendre une décision.

Belinda Bencic n'a pas encore réservé son hôtel à New York.
Source: Keystone

Après une pause de cinq mois, le circuit WTA va reprendre à Palerme le 3 août. L'US Open doit commencer le 31 août comme prévu dans des conditions d'hygiène et de sécurité strictes et sans spectateurs. Alors qu'à New York, l'épicentre du début de la pandémie de COVID-19 aux États-Unis, le nombre de nouvelles infections est en baisse depuis des semaines, d'autres États américains tels que la Floride ou le Texas ont enregistré une très forte hausse des cas. Le tennis est en outre sous le feu des projecteurs et des critiques après le fiasco de l'Adria Tour initié par Novak Djokovic avec de nombreux cas positifs parmi les participants.

«Je mûris encore ma réflexion concernant l'US Open, a déclaré Bencic à l'agence de presse Keystone-ATS. Pour les joueurs moins bien classés, qui n'ont rien gagné depuis longtemps, c'est très bon de pouvoir rejouer.» Mais elle comprend aussi les meilleurs du monde. Il est presque inimaginable de jouer un tournoi du Grand Chelem dans de telles conditions. «Vous ne pouvez pas rester à l'hôtel pendant 18 heures et attendre ensuite une performance de haut niveau sur le terrain, note la demi-finaliste de l'US Open l'an dernier. Il est important de pouvoir se vider la tête.»

La St-Galloise de 23 ans a passé les derniers mois en Slovaquie avec son petit ami et affiche sept matches depuis la reprise des activités. La semaine dernière, elle a remporté un tournoi d'exhibition à Bratislava grâce à une victoire finale sur Viktoria Kuzmova, avant de jouer dans des matchs de ligue. Un autre tournoi est prévu dans la capitale slovaque la semaine prochaine avant un retour en Suisse où elle participera entre autres aux interclubs.

Les bons côtés de la crise

Bien que le monde du tennis se soit pratiquement arrêté pendant trois mois, Bencic a vu de bonnes choses dans cette crise du COVID-19, notamment pour l'environnement. «Dans certaines villes, le ciel est redevenu bleu.» Elle a apprécié de ne pas être exposée au stress des tournois, de pouvoir se reposer et d'avoir du temps pour d'autres choses, comme par exemple parfaire ses talents de cuisinière. Bencic a en outre appris à être patiente et à s'adapter.

«J'ai essayé de rester positive malgré toutes les mauvaises nouvelles, raconte-t-elle. Mais c'était un sentiment étrange de ne pas avoir de véritable objectif. Je voulais m'entraîner, mais je ne savais pas pourquoi.» La St-Galloise a donc pris son temps. Elle a ainsi travaillé sa force, son endurance, son service et sa mobilité. Des aspects qu'elle se devait d'améliorer.

ATS

Retour à la page d'accueilRetour au sport