Anouchka, la fille d’Alain Delon, se confie sur l’épreuve qu’elle a traversée

11.1.2019 - 15:30, AllTheContent

Anouchka (à droite), la fille d’Alain Delon.
Keystone

Ils filent le parfait amour depuis maintenant huit ans. Anouchka Delon, la fille du célébrissime acteur, et son fiancé Julien Dereims souhaitent aujourd’hui s’installer pour de bon. A l’occasion d’une interview, ils se sont confiés sur leur rapport à la célébrité, leurs projets ensemble, mais aussi la difficile épreuve qu’ils ont traversée l’été dernier.

Ils sont jeunes, beaux et s’aiment comme au premier jour. Cela fait huit ans que l’acteur Julien Dereims et la fille d’Alain Delon, Anouchka, partagent leur vie. Approchant la trentaine, ils espèrent bientôt pouvoir se poser un peu. Dans une interview accordée au magazine «Paris Match», ils se sont notamment confiés sur le malheur qui les frappés l’an dernier. Anouchka, enceinte, a en effet subi une fausse couche, les plongeant dans la tristesse de ce bonheur écourté…

«Se rattacher à des choses simples»

Les deux comédiens trentenaires se sont rencontrés en 2010 à Paris, au célèbre Cours Simon, qui forme les acteurs de demain. Aujourd’hui sûrs de leur amour, ils ont l’âge de concrétiser leurs désirs de vie à deux. «Beaucoup de nos amis ont déjà des enfants. Certains veulent même quitter Paris, ouvrir une maison d’hôtes ou vivre dans une ferme», explique la jeune femme, certaine d’avoir trouvé l’homme de sa vie, et qui ne pense pas forcément vouloir vivre dans la capitale française.

Anouchka, fille d’Alain Delon et de Rosalie Van Breemen, une ancien mannequin hollandais, a en effet grandi dans la campagne hollandaise. Quant à Julien, il vient de Cannes. Il serait donc possible que ces deux-là préfèrent quitter Paris. «J’ai l’impression que notre génération, celle des trentenaires, se rattache à des choses plus simples, revient à des valeurs plus familiales», confie Julien, qui se décrit volontiers comme un «provincial».

La vie en a décidé ainsi, mais c’est injuste

Lorsque Paris March leur demande s’ils désireraient devenir bientôt parents, le jeune couple s’interrompt un moment, apparemment ému. «Avant l’été, je suis tombée enceinte et on était heureux. Mais j’ai perdu le bébé en août, à trois mois. La vie en a décidé ainsi, mais c’est injuste», raconte Anouchka. Et Julien d’enchaîner: «Forcément, quand ta femme est enceinte, tu te projettes, et puis… en une fraction de seconde, tout est terminé. C’est une douleur indescriptible».

Les deux amoureux, encore très affectés par ce récent drame, espèrent, malgré tout, que cette nouvelle année 2019 leur soit plus douce: «Même si j’aime penser que, désormais, nous avons un ange gardien… L’année 2018 va nous laisser une cicatrice pour toute la vie», livre la jeune femme de 28 ans à «Paris Match».

Quelle relation entre Alain Delon, et son beau-fils, Julien?

Si Anouchka déclare sans détour sa flamme à Julien, qui représente pour elle non moins que «sa raison de vivre», il semble que ce dernier ait aussi réussi à «séduire» Alain Delon, le père de sa dulcinée. En effet, en 2013, alors que tous trois jouent une pièce ensemble – «Une journée ordinaire», d’Eric Assous –, Alain Delon se confie dans une interview au «Parisien» ce qu’il pense du fiancé de sa fille.

«C’est un très très bon comédien, (…) C’est un garçon exceptionnel et je croise les doigts pour qu’avec Anouchka, ça dure», l’avait alors encensé l’acteur légendaire. Il faut dire que ces deux-là ont en fait des choses en commun: Anouchka, le théâtre, mais aussi le parcours personnel et les origines sociales… «Bizarrement, il y a des similitudes entre Alain et moi. (…) C’est quelqu’un d’intelligent, d’instinctif. Un grand taiseux qui, dans sa vie, a été entre deux, un enfant de l’amour, comme il dit. Moi aussi j’ai l’impression de n’appartenir à aucune famille. Mes parents m’ont eu très tôt, trop tôt peut-être… (…) Mais un peu comme moi un électron libre. Moi aussi j’ai dû grandir vite. Je suis parti de chez mes parents à 18 ans, je me suis débrouillé tout seul», déclare aujourd’hui Julien en référence au parcours de son iconique grand-père qui, comme lui, vient d’un milieu modeste.

Qui sont les autres enfants d'Alain Delon?

Hormis le jeune femme, née en 1990, Alain Delon a également eu un fils de de sa relation avec Rosalie Van Breemen. Alain-Fabien Delon, né quant à lui en 1994, est le cadet d’Anouchka et, parallèlement à ses activités d’acteur, s’illustre en tant que mannequin. Mais, si le jeune homme de 24 ans semble avoir tiré parti du physique avantageux que lui a légué son père, il ne partage pas avec lui – contrairement à sa sœur Anouchka – de bonnes relations, comme le rapporte «Gala» en 2013. C’est en effet sur fond de réglements de compte via médias interposés que le père et le fils communiquent désormais. Alors qu’Alain-Fabien qualifie son père de cruel, et même violent avec sa mère, l’acteur répond quand à lui que sa progéniture «rend les gens fous»… Ambiance.

Une relation donc très complexe, à l’image de celle qu’il noue avec son autre fils, Anthony. Né en 1964, ce fils – lui aussi acteur ! – est le fruit de son union avec Nathalie. Les deux hommes ne se parlent aujourd’hui quasiment plus, depuis longtemps fâchés. Anthony reproche à son paternel, tout comme son demi-frère Alain-Fabien, de l’avoir été délaissé durant son enfance.
Christian Aaron Boulogne, dit« Ari», est sans doute le moins connu de la descendance Delon.

Lorsqu’il naît en 1962 – soit deux ans avant Anthony –, Alain Delon ne le reconnaît pas et doute même de sa paternité. Sa mère, quant à elle, est la chanteuse allemande Nico qui, tombée dans l’héroïne, s’occupe de lui en compagnie de son conjoint Paul Boulogne. Après cette enfance sans son père biologique, Ari poursuit lui aussi un parcours chaotique, mêlé à la drogue. Il témoigne notamment dans les médias que, dès l’âge de 16 ans, il était habitué à «partager ses seringues» avec sa mère.

Ces enfants de stars ne manquent pas de sex-appeal

Les enfants des stars en images

Retour à la page d'accueil

Plus d'articles