Décédé en 2007

Grégory Lemarchal: ses parents bouleversés par le biopic de TF1

CoverMedia

7.9.2020 - 16:33

Le musicien français Grégory Lemarchal.
Source: Covermedia

Les parents de Grégory Lemarchal ont été très ému par le biopic que TF1 consacre à leur fils et qui a été diffusé sur TF1. Comme ils l'ont confié à «50 Minutes», ils assurent que «émotionnellement, c'est violent».

Grégory Lemarchal a vécu à nouveau sur TF1, le temps de la diffusion du biopic qui lui est consacré. «Pourquoi je vis», un projet qui a mis trois ans pour éclore, a ému les milliers de fans du jeune homme que sa mort tragique a désemparés.



Cependant, les plus émus ont été sans doute ses parents. Dans un entretien avec le «Parisien», Pierre et Laurence Lemarchal ont accepté de revenir sur le téléfilm. Ils ne l'ont pas découvert à la télé, puisqu’ils ont suivi pas à pas sa réalisation. Le jeune comédien, Michaël Lumière, qui joue le rôle de Grégory, les a d'ailleurs abondamment remerciés pour l’aide qu’il lui ont apporté dans la construction de son personnage.

La Maison de Grégory ouvrira en 2021

Mais entre lire, assister à un tournage et regarder le résultat final, il y a une grande différence. Et le couple s’est confié sur ses impressions après le premier visionnage, qu’ils ont effectué avec la sœur de Grégory. «On l'a vu avec notre fille, Leslie, à la production. Émotionnellement, c'est violent. On a fait la part des choses et le message passe. La fiction nous préserve sur la fin. On laisse les gens imaginer que la réalité est bien plus dure», a expliqué Pierre Lemarchal, alors que sa femme considère que «dans le téléfilm, on sent la vie malgré tout. C'est vraiment nous, même si on ne peut pas résumer 24 ans en 92 minutes».

Toutefois, la maman regrette que sa fille n’ait pas la place qui lui revient. «La place de Leslie et sa relation très forte avec son frère auraient notamment mérité plus de place», estime-t-elle.



Le téléfilm, en tout cas, servira «à sensibiliser à nouveau les gens» pour le lancement de la Maison de Grégory «qui ouvrira en 2021» et accueillera «400 patients par an». Mobiliser le public sur le don d’organes, notamment dans la perspective d’une greffe des poumons, reste aussi un de leurs grands combats. Une greffe que leur fils, Grégory Lemarchal, n'a pas pu avoir à temps.

Retour à la page d'accueil

CoverMedia