Taylor Swift veut le remboursement de ses frais d'avocats

CoverMedia

21.3.2018 - 16:07

Source: Covermedia

Taylor Swift exige que les deux paroliers qui l'ont attaquée en justice, en l'accusant de plagiat pour sa chanson Shake it Off, couvrent ses frais d'avocats. Comme l'a indiqué The Blast, le verdict du juge est tombé en sa faveur.

Sean Hall et Nathan Butler ont attaqué Taylor Swift en justice en septembre (17). Ils affirmaient que son morceau Shake it off était un plagiat de leur titre Playas Gon' Play, sorti en 2011, et enregistré par le groupe 3LW. Ils cherchaient une compensation. Leur demande a été rejetée peu après, et le juge Michael Fitzgerarld s'est rangé du côté de la chanteuse en février (18). D'après The Blast, ses avocats auraient fait une demande le 16 mars pour que Sean Hall et Nathan Butler couvrent ses frais juridiques.

Dans le dossier, un avocat de la chanteuse affirme que les paroliers avaient réclamé au départ 30 millions de dollars pour éviter un procès, mais que l'équipe de la chanteuse avait refusé de payer en qualifiant leur réclamation de « ridicule » et « ni plus ni moins qu’un vol d’argent ». Ils ont aussi prévenu le duo de ne pas aller jusqu'au procès, en affirmant qu’ils n’avaient aucun motif valable. Toutefois, ils ont quand même attaqué la chanteuse en justice et ont perdu l’affaire. L’équipe juridique de Taylor Swift estime donc justifié qu’ils reversent à la chanteuse les 72.000 dollars qu’elle a dû dépenser.

Sean Hall et Nathan Butler s’en sont pris à certaines paroles de la chanteuse, mais le juge Fitgerald a statué qu’elles étaient trop courtes et manquaient de créativité pour être protégées. « L’élément central de cette entière affaire est cependant de savoir si les paroles "Playas, they gonna play/ And haters, they gonna hate" sont éligibles à une protection sous le Copyright Act. Les paroles accusées d’avoir été violées sont des phrases courtes auxquelles il manque le minimum d’originalité et de créativité requis pour la protection des droits d’auteur », a déclaré le juge.

Retour à la page d'accueil

CoverMedia