Jusqu'à 5 cas par jour Recrudescence d'arnaques sur le net: la police valaisanne prévient

zd, ats

15.2.2023 - 10:17

La police cantonale valaisanne appelle une nouvelle fois à la prudence sur le net, alors qu'elle note une «réelle recrudescence des cas» d'escroquerie en ligne. À Sion, entre trois et cinq cas par jour sont enregistrés par les agents.

La police cantonale valaisanne appelle la population "à faire preuve de bon sens et d'esprit critique" afin de se protéger contre les cyberattaques (image symbolique).
La police cantonale valaisanne appelle la population "à faire preuve de bon sens et d'esprit critique" afin de se protéger contre les cyberattaques (image symbolique).
ATS

zd, ats

15.2.2023 - 10:17

Avec l'augmentation rapide des activités en ligne, les escrocs redoublent d'imagination et stratagèmes pour parvenir à leurs fins, explique mercredi la police cantonale dans un communiqué. Elle appelle la population «à faire preuve de bon sens et d'esprit critique» avant de cliquer, car après c'est déjà trop tard.

Parmi les arnaques les plus répandues, les forces de l'ordre recensent celles sur les sites de petites annonces comme Anibis ou MarketPlace où les escrocs – vendeurs ou clients – tentent «d'inciter leurs victimes à agir de manière irréfléchie». Il s'agit de se méfier des offres trop belles ou propositions douteuses, et de ne jamais payer sans avoir physiquement vu l'objet.

La police relève également les arnaques où les victimes, contactées via les réseaux sociaux, pensent avoir gagné un crédit de 1000 francs sur leur compte Twint. Lorsque ces dernières entre le code dans l'application de paiement, le montant n'est toutefois pas crédité mais débité.

Fausse assistance et crypto-monnaie

Les forces de l'ordre citent également les fausses assistances techniques Microsoft qui propose aux victimes de leur venir en aide après avoir constaté un soi-disant dysfonctionnement complet de l’ordinateur. «Ne jamais laisser une personne inconnue prendre le contrôle à distance de votre ordinateur», précise la police.

Enfin, cette dernière appelle aussi la population à ne pas se laisser convaincre d'investir dans différents fonds financiers, notamment dans la crypto-monnaie. Les cas enregistrés sont plus rares, mais les préjudices avoisinent les 100'000 francs par cas.

zd, ats