Le rapporteur suisse de l'ONU demande une investigation en Colombie

sn, ats

14.5.2021 - 14:46

Switzerland's Nils Melzer, UN Special Rapporteur on Torture, informs to the media after the presentation on torture's report at the 40th session of the Human Rights Council, during a press conference, at the European headquarters of the United Nations in Geneva, Switzerland, Friday, March 1, 2019. (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)
Le rapporteur spécial de l'ONU contre la torture Nils Melzer et quinze de ses homologues experts indépendants onusiens demandent des investigations indépendantes en Colombie après la répression des manifestants (archives).
KEYSTONE

Le rapporteur spécial de l'ONU contre la torture, le Zurichois Nils Melzer, condamne la «répression violente» des manifestations en Colombie qui a fait plusieurs dizaines de victimes. Il a demandé vendredi depuis Genève des investigations indépendantes.

sn, ats

14.5.2021 - 14:46

«Nous sommes très perturbés par le recours excessif et illégal à la force par la police» et des unités anti-émeutes, affirment M. Melzer et quinze de ses homologues experts indépendants de l'ONU. Cette répression cible les manifestants pacifiques qui protestent depuis deux semaines contre une réforme fiscale du président Ivan Duque, retirée depuis, ou encore les défenseurs des droits de l'homme.

1800 cas de violences policières

Si les chiffres officiels mentionnent plus de 40 victimes et plus de 1500 blessés, les experts ont reçu des indications sur au moins 26 décès et plus de 1800 cas de violences policières. Des données sur 216 blessés, dont des policiers, plus de 160 disparitions, plus de 960 détentions arbitraires présumées, au moins 12 cas de violences sexuelles et des accusations de torture leur ont également été relayées.

Les experts indépendants, qui ne s'expriment pas au nom de l'ONU, sont inquiets du recours à l'armée dans la réponse gouvernementale. Ils appellent les autorités à garantir les libertés fondamentales.

Comme le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme la semaine dernière, ils demandent que le recours à la force soit proportionné.

Des investigations rapides et indépendantes doivent être menées et les responsables des violations des droits humains doivent être poursuivis, selon eux. Ils ont dialogué récemment avec le gouvernement. Ils vont continuer à suivre la situation des manifestants.

sn, ats