COVID-19: malgré une tendance positive, la situation reste fragile

24.11.2020 - 16:39

Martin Ackermann dirige da ieri l'unità speciale per il coronavirus della Confederazione.
Martin Ackermann, chef de la Task Force scientifique de la Confédération.
KEYSTONE

Le nombre de nouveaux cas de covid-19 diminue de moitié toutes les deux semaines en Suisse. Le taux de reproduction se situe actuellement à 0,78, a indiqué mardi le chef de la Task Force scientifique de la Confédération. Mais la situation reste tendue aux soins intensifs. L'arrivée de l'hiver inquiète les spécialistes.

Il y a encore dix jours, le taux de reproduction, qui détermine le nombre de personnes infectées par une personne positive au Covid-19, était de 0,9, a déclaré devant les médias Martin Ackermann. Les chiffres évoluent à la baisse, ce qui est positif, selon lui.

Cette diminution s'explique par une nette amélioration en Suisse romande, où le taux de reproduction est inférieur à 0,78. Dans cette zone, on est parti d'un niveau très élevé fin octobre, a rappelé le scientifique. Les mesures supplémentaires qui ont été prises semblent faire effet.

Malgré cette tendance positive, la situation reste fragile, tempèrent les spécialistes de la Task Force scientifique de la Confédération. Tous les cantons alémaniques sont au-dessus de la moyenne suisse: Berne affiche ainsi un taux de reproduction de 0,84, Zurich 0,93 et Bâle-Ville 1,05, selon leur dernier rapport.

Moins de 500 cas par jour

Cette tendance générale à la baisse doit permettre de décharger les hôpitaux et les centres de traçage. Cette évolution sera aussi salutaire pour l'économie, en particulier pour le tourisme qui attend beaucoup de la saison d'hiver, a relevé le chef de la task force.

La baisse qui se dessine est une étape importante. Si le nombre de cas continue à être divisé par deux toutes les deux semaines, on commencera la nouvelle année avec moins de 500 cas par jour, selon M. Ackermann.

C'est environ 8,5 fois moins que mardi: la Suisse comptait 4241 cas supplémentaires en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). 142 décès supplémentaires sont à déplorer.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 20'794 tests ont été transmis, indique l'OFSP, qui constate une diminution du nombre de consultations en cas de symptômes. Elle considère que la baisse n'est toutefois pas assez rapide. Le taux de positivité s'élève à 20,40%.

Situation tendue aux soins intensifs

Il est particulièrement important de se faire tester durant cette période de diminution du nombre de cas, a insisté mardi la cheffe de la section contrôle de l'infection de l'OFSP. Virginie Masserey a souligné que les personnes infectées sont plus contagieuses au début des symptômes.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 64'031. Sur les deux dernières semaines, le pays compte ainsi 740,69 nouvelles infections pour 100'000 habitants.

Mardi, 238 hospitalisations ont été annoncées. La situation reste tendue aux soins intensifs, où les victimes du Covid occupent 60% des lits, a ajouté Mme Masserey. Deux cent soixante lits sont cependant encore disponibles en Suisse.

Les tests rapides pour lutter contre les flambées de coronavirus

Les tests rapides pour lutter contre les flambées de coronavirus

Lors de sa conférence de presse, l'OFSP a parlé des tests rapides. Virginie Masserey, chef de la section contrôle de l'infection de l'OFSP a expliqué qu'ils seront utilisés pour lutter contre les flambées.

24.11.2020

Pauses problématiques

Malgré ces signes encourageants, le président de l'association des médecins cantonaux, Rudolf Hauri, a jugé mardi que les mesures en vigueur devaient être mieux respectées. Si les concepts de protection mis en place par les entreprises sont efficaces, les employés s'infectent cependant pendant les pauses, a-t-il indiqué.

Depuis le début de la pandémie, 304'593 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 2'592'950 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 3930 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 12'129.

Le pays dénombrait par ailleurs mardi 32'919 personnes en isolement et 31'153 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutaient 276 autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui devaient aussi passer par la case de la quarantaine.

L'arrivée de l'hiver inquiète

L'arrivée de l'hiver inquiète les membres de la Task Force scientifique de la Confédération. L'influence des conditions météorologiques n'est pas encore complétement confirmée, mais il faut anticiper l'arrivée des températures hivernales, selon leur dernier rapport publié mardi. La subite flambée de cas en Suisse en octobre pourrait être liée aux changements de température.

La task force recommande à la Confédération de soutenir les centres cantonaux de recherche des contacts financièrement et en termes de personnel. La plupart des cantons ont été dépassés par l'explosion des cas en octobre. La stratégie de test, de traçage, d'isolement et de quarantaine est cruciale pour éviter un confinement total.

Retour à la page d'accueil