Maltraitance en EMS: plainte du canton

ATS

21.8.2020 - 17:22

Le département valaisan de la santé dit «prendre très au sérieux» les soupçons de maltraitance qui pèsent sur un home à Saxon (photo d'illustration).
Source: KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

Le département valaisan de la santé a déposé une plainte pénale contre inconnu pour faire «toute la lumière» sur les soupçons de maltraitance qui pèsent sur un EMS à Saxon. Les actes présumés ont été dénoncés par un ancien infirmier de l'établissement.

Le Département de la santé, des affaires sociales et de la culture (DSSC) a demandé un «rapport circonstancié» à l'infirmier qui a révélé l'affaire dans l'émission Mise au point diffusée le 16 août sur la RTS. Pour ce faire, le soignant a été délié du secret professionnel, indique le canton vendredi dans un communiqué.

Le DSSC a aussi demandé aux médecins répondants de l'EMS de transmettre leurs observations. Il assure vouloir faire «rapidement la lumière sur les accusations de maltraitance et prendre les mesures qui s'imposent si celles-ci sont fondées».

Plaintes anonymes

Le département, par son service de protection des travailleurs et des relations du travail, confirme avoir reçu en mai/juin derniers plusieurs plaintes anonymes de collaborateurs de l'établissement médico-social (EMS), dont deux faisaient référence à de la maltraitance. Une audition des employés s'est déroulée le 25 juin dernier.

Selon le service valaisan de la santé, plusieurs soignants, dont l'infirmier interviewé par la RTS ont été entendus. Mais «aucun membre du personnel n'a fait état de maltraitance graves envers les résidents telles que coups, blessures intentionnelles, punitions ou refus caractérisé de soins».

Les plaintes portaient notamment sur la charge de travail importante et le manque de transmission d'informations. Des éléments qui peuvent influer sur la qualité des soins, admet le canton, qui souligne toutefois qu'«aucun dysfonctionnement majeur n'a été constaté lors de cette visite».

«Inacceptables et répréhensibles»

Dans Mise au Point, l'ancien infirmier évoque un résident au visage ensanglanté sur son lit et un délai injustifié avant d'appeler une ambulance, il parle de personnes laissées sans boire ni manger et montre des photos de bleus et de blessures.

S'ils sont avérés, ces faits sont «inacceptables et pénalement répréhensibles», indique le DSSC, qui a donc déposé une plainte pénale contre inconnu auprès du ministère public.

EMS prêt à collaborer

Dans un communiqué diffusé vendredi en fin d'après-midi, l'EMS «se félicite de l'ouverture d'une enquête pénale». Ses responsables espèrent «une clarification rapide des évènements décrits» et sont prêts à coopérer avec les enquêteurs.

Ils affirment que les personnes interviewées dans l'émission de télévision n'ont jamais fait remonter leurs observations de maltraitance jusqu'à eux. Ils les ont apprises «par la télévision».

Menaces et agression

L'infirmier qui a dénoncé les actes de maltraitance présumés affirme sur les ondes de Rhône FM avoir reçu des menaces de mort envers lui, sa fille et son épouse. Il indique avoir également été physiquement agressé devant chez lui jeudi. Il a pris un avocat.

Retour à la page d'accueil

ATS