Les auto-mutilations ont doublé en 20 ans

CoverMedia

6.8.2018 - 15:14

Source: Covermedia

Des associations de défense des enfants tirent la sonnette d'alarme. Les jeunes, en particulier les filles, ne se sont jamais autant fait du mal qu'aujourd'hui. En cause, les réseaux sociaux et l'absence de soutien dans leur entourage.

Les auto-mutilations sont en augmentation constante depuis 20 ans. Et les jeunes femmes sont les premières concernées. D'après les services sanitaires anglais, le nombre de filles admises dans un hôpital après s'être blessées volontairement est passé de 7300 en 1997 à 13.400 en 2017, soit presque le double (pour les garçons, ce chiffre reste stable). Pire, le nombre de jeunes femmes admises pour un overdose serait passé de 249 à 2736 dans la même période, tandis que pour les garçons, ils seraient passés de 152 à 839.

Pour l'association National Society for the Prevention of Cruelty to Children (NSPCC), ces chiffres ne sont pas une surprise dans la mesure où l'organisation a proposé des sessions de thérapie par téléphone à 15376 adolescents et enfants l'année dernière, soit près de 42 par jour.

« Nous savons que de nombreux enfants sont amenés à se faire du mal pour gérer les pressions et les exigences de la vie moderne. Les jeunes lancent un appel à l'aide. Ce qui est le plus important dans ce processus c'est que tous les enfants et les jeunes adultes soient en confiance et sachent qu'ils seront écoutés quand ils parleront pour qu'ils ne soient pas piégés dans un cercle vicieux dans lequel ils pensent que le fait de se faire du mal est la seule solution », a expliqué l'association dans un communiqué.

Pour expliquer la disparité entre filles et garçons, les psychologues et psychiatres pointent du doigt les réseaux sociaux.

« Si vous regardez les réseaux sociaux, mon intuition c'est que les filles sont beaucoup plus sensibles à ces facteurs-là que les garçons », estime Jon Goldin, du Royal College of Psychiatrists.

Retour à la page d'accueil

CoverMedia