Un régime pauvre en graisses pourrait abaisser la testostérone chez l'homme

Relaxnews

14.1.2020 - 16:18

Pour les hommes obèses ou en surpoids, les bienfaits pour la santé d'un régime pauvre en graisses excéderont probablement la faible réduction de testostérone sérique induite par ce régime.
Source: Relaxnews

Des chercheurs américains ont montré que les hommes qui suivaient un régime réduit en graisses pouvaient voir leurs taux de testostérone s'abaisser quelque peu.

Cette étude, menée par une équipe de l'Université de Chicago, de la Northwestern University Feinberg School of Medicine et du Chicago NorthShore University HealthSystem, a pris en compte 3.128 hommes âgés de 18 à 80 ans suivis dans le cadre de la cohorte américaine National Health and Nutrition Examination Survey (NHANES).

Tous les participants ont fourni des données concernant leur alimentation, et 14,6% des sujets remplissaient les critères pour suivre un régime pauvre en graisses. Parmi les autres, 24,4% ont été assignés à un régime méditerranéen (riche en fruits, légumes, céréales complètes et faible en protéines animales et produits laitiers). Quelques hommes qui devaient suivre un régime faible en glucides ont été exclus de l'étude.

Une prise de sang permettait aussi d'analyser les niveaux de testostérone sérique des participants.

Leurs résultats, repris par The Journal of Urology, la revue officielle de l'American Urological Association (AUA), ont montré que les niveaux de testostérone moyens présents dans les sérums sanguins étaient de 435,5 ng/dL (nanogrammes par décilitre). 

Cependant les niveaux de testostérone sérique étaient plus bas chez les hommes qui suivaient les deux «régimes restrictifs»: les niveaux moyens étaient de 411 ng/dL pour les hommes suivant un régime pauvre en graisses et de 413 ng/dL pour ceux qui suivaient un régime méditerranéen.

Après avoir pris en compte des facteurs pouvant affecter la testostérone, comme l'âge, l'indice de masse corporelle et l'activité physique, le fait de suivre un régime pauvre en graisses restait associé de manière significative à une réduction de testostérone sérique, contrairement au régime méditerranéen.

«Nous avons trouvé que les hommes qui suivaient un régime réduit en graisses enregistraient un niveau de testostérone sérique plus bas que les hommes qui ne suivaient pas de régime restrictif», note le professeur Jake Fantus, «[c]ependant, la signification clinique des faibles différences de testostérone sérique dans les différents régimes n'était pas claire», a ajouté le chercheur.

Les scientifiques notent que pour les hommes souffrant de carences en testostérone, la perte de poids peut contribuer à l'augmentation des niveaux de testostérone. Cependant, leurs nouveaux résultats montrent que certains régimes, notamment celui pauvre en graisses, pourraient être liés à une réduction faible mais significative de la testostérone. L'équipe explique cela par le fait que la testostérone est une hormone stéroïde dérivée du cholestérol, et que les changements d'apports en graisses pourraient changer les niveaux de  testostérone. 

L'équipe scientifique ajoute que de plus amples recherches sont désormais nécessaires pour reproduire ces résultats et qu'il n'est toujours pas avéré qu'un régime soit meilleur pour les hommes souffrant de carences en testostérone. Ils tiennent à préciser cependant que pour les hommes obèses ou en surpoids, les bienfaits pour la santé d'un régime pauvre en graisses excéderont probablement la faible réduction de testostérone sérique induite par ce régime. Pour les hommes qui ne sont pas en surpoids, éviter un régime réduit en graisses «pourrait être un composant raisonnable» d'une approche à multiples facettes pour augmenter ses niveaux de testostérone sérique.

Retour à la page d'accueil