Histoire de mode: le hoodie

Covermedia

15.4.2021 - 13:35

Le hoodie, autrement dit le sweat à capuche, est un symbole. De son usage prisé par les sportifs, il a acquis de haute lutte un statut social et quasi politique.

Le sweat à capuche, un symbole politique?
Covermedia

Covermedia

15.4.2021 - 13:35

Le hoodie ne date pas du hip-hop ou des manifestations contre le racisme. Ce maillot épais en coton molletonné avec capuche (hoodie veut dire capuchon, comme celui que porte le Petit Chaperon rouge) a été créé dans les années 1930 par la marque Champion. Il avait pour mission de maintenir le corps au chaud et d’éponger la sueur, ce qui en fit immédiatement l’ami des sportifs et des travailleurs dans les entrepôts. Et il y réussissait si bien que le hoodie, pour la bonne bourgeoisie, ne sentait pas encore le soufre mais la sueur.

Un code dans les banlieues

Quand il acquiert une visibilité internationale avec le champion de boxe Muhammad Ali, le hoodie commence à être plus qu’un sweat, mais un symbole afro-américain. Cependant, quelques années plus tard, le film «Rocky» – bien que toujours dans le milieu de la boxe – lui confère une aura auprès de toute la population.



Et, surtout, il devient l’uniforme protecteur des jeunes garçons qui vont, la nuit, taguer dans les rues et le métro. De là, il s’expose en plein jour, avec les musiciens hip-hop et les jeunes qui break-dance dans les rues. En France, il se développe aussi dans les cités de banlieue des grandes villes. On ne l’appelle pas encore hoodie ici. Ceux qui le portent sont désignés sous le terme «capuche» et remplacent les blousons noirs des années 1950-60.

Aux États-Unis, en 2012, un jeune Afro-Américain de 17 ans, Trayvon Martin, est tué par un voisin simplement parce qu’il se trouvait dans un quartier résidentiel blanc et portait ce fameux hoodie. Les banderoles dans la One Million hoodie march – les manifestations qui ont suivi ce meurtre – portaient le message : «Hoodies don’t kill. People with guns do! » (Les sweats à capuche ne tuent pas, mais les armes, si !)

Un appropriation par les géants du net

Pourtant, parallèlement, le hoodie devient aussi un emblème yuppie, dans l’Amérique triomphante des traders et des géants du Net. Il ne perd pas sa superbe avec la crise des subprimes, et la capuche sert peut-être à cacher la honte de ceux qui ont cru en l’argent facile.



En 2021, le hoodie est donc devenu un marqueur social, qui permet de se reconnaître comme appartenant à un groupe (culturel, politique, social, sportif), et aussi d’y être identifié, parfois avec des risques! Cela ne l’empêche pas de poursuivre son ascension, même si son plus grand promoteur dans le milieu de la mode, Virgil Abloh et sa marque Off-White, a annoncé le déclin du streetwear et donc du fameux capuchon. La pandémie et la vogue obligée du homewear a contrecarré la réalisation de sa prophétie.