Juan Manuel Correa : "J'ai son sang sur les mains (...) J'ai tué mon ami"

Chris Geiger

9.5.2021

Chris Geiger

9.5.2021

Directement impliqué dans l'accident mortel d'Anthoine Hubert il y a deux ans à Spa-Francorchamps, Juan Manuel Correa a effectué son retour à la compétition ce week-end au GP d'Espagne.

Le 31 août 2019, les destins d'Anthoine Hubert et de Juan Manuel Correa basculaient à Spa-Francorchamps lors du GP de Belgique de Formule 2. Le Français perdait alors tragiquement la vie dans un terrible accident avec l'Américain, lequel était rapidement placé dans un coma artificiel et opéré à de nombreuses reprises.

Vingt mois après ce funeste jour, le pilote de 21 ans a signé son retour aux affaires ce week-end en Catalogne à l'occasion du GP d'Espagne de Formule 3. Une délivrance pour le natif de Quito, en Equateur.



"Cet objectif m'a motivé à travers ma convalescence, même si tout le monde disait que c'était fou. Revenir est ce dont j'avais besoin pour être sauvé, en quelque sorte", a-t-il confié à l'AFP. Correa a toutefois ajouté qu'il n'était pas encore à 100% , lui qui a été grièvement blessé aux jambes et qui a perdu une grande partie de la mobilité de sa cheville droite ainsi qu'une partie de la sensibilité de son pied gauche.

S'il rêve toujours de Formule 1, le jeune pilote sait d'où il revient, lui qui se souvient "de tout". En faisant encadrer sa combinaison ensanglantée, il a d'ailleurs choisi de ne pas oublier la "douleur immédiate, insoutenable et effrayante" aux jambes - la droite étant même "pliée dans le mauvais sens" - ressentie lors du crash.



L'Américain, qui avait refusé l'amputation de sa jambe droite au risque de ne pas survivre à l'opération, était ensuite tombé dans une profonde dépression. "Je suis tombé dans des puits très noirs et très profonds", a révélé celui qui n'avait plus le contrôle de sa monoplace lorsqu'il a percuté Anthoine Hubert.

"J'ai son sang sur les mains, mais je ne me suis jamais senti coupable. C'était plutôt comme un choc : j'ai tué mon ami. Ça n'est de la faute de personne, mais c'est arrivé. C'est un sentiment sinistre", a glissé le jeune homme, qui a trouvé la paix en se recueillant à Spa-Francorchamps un an après l'accident.



Une démarche qui a permis à Correa de trouver la force de se lancer dans un nouveau challenge en Formule 3 au sein de l’écurie française ART Grand Prix.

"Je suis convaincu qu'au fond je suis un pilote. Je suis très compétitif. J'aime gagner et ça viendra toujours avant la prudence ou la peur. Mais ça va prendre un peu de temps de retrouver cet état d'esprit. On va courir et je ne sais pas trop à quoi m'attendre. Ça fait partie du processus : revenir, gagner en confiance, avoir des résultats et reprendre le rythme d'une saison", a conclu l'Equatorien d'origine.

Pour la petite histoire, Correa a terminé 15e puis 10e des deux courses disputées ce week-end à Barcelone.