Equipe de Suisse

Lang veut effacer l'affront suédois

ATS

9.10.2018

Expulsé lors du funeste huitième de finale de la Coupe du monde contre la Suède puis victime d'une blessure au genou, Michael Lang a vécu un été bien difficile. Heureusement, l'automne s'annonce bien plus beau pour le Saint-Gallois.

Un peu trop "transparent" contre la Suède, Michael Lang veut prouver qu'il peut s'imposer comme le no 1 au poste de latéral droit.
Un peu trop "transparent" contre la Suède, Michael Lang veut prouver qu'il peut s'imposer comme le no 1 au poste de latéral droit.
Keystone

Samedi dernier, il était titulaire sur le flanc droit de la défense d'un Borussia Mönchengladbach qui est allé s'imposer 3-0 à Munich devant le Bayern. "Gagner 3-0 à l'Allianz Arena pour le deuxième match de ma carrière en Bundesliga est magnifique, s'emporte l'ancien joueur du FC Bâle. Mes débuts à Gladbach furent difficiles en raison de cette blessure qui m'a éloigné l'équipe pendant six semaines. Mais maintenant, je suis de retour aux affaires. Et la victoire de Munich me procure une confiance énorme."

A Bruxelles, tout indique que Michael Lang sera de la partie pour croiser le plus souvent la route d'Eden Hazard. "Nous mesurons parfaitement l'ampleur de la tâche qui nous attend, non seulement vendredi à Bruxelles mais aussi lundi à Reykjavik, dit-il. Mais l'ambition est bien là. Ces deux matches, nous voulons les gagner !"

Sur le plan personnel, Michael Lang abattra une carte décisive à Bruxelles face, faut-il le rappeler, peut-être au meilleur joueur du monde du moment. Un peu trop "transparent" à Saint-Pétersbourg contre la Suède lorsqu'il avait été appelé à remplacer un Stephan Lichtsteiner suspendu, le Saint-Gallois devra prouver face à Eden Hazard qu'il peut s'imposer comme le no 1 au poste de latéral droit.

"J'ai la malchance d'évoluer à un poste où la concurrence est terrible, dit-il. La donne est simple: nous sommes cinq en lice avec Lichtsteiner, Kevin Mbabu, Florent Hadergjonaj et Silvan Widmer pour cette place de latéral droit. A la réflexion, cette situation est presque improbable pour une équipe comme la Suisse. Regardez à gauche, il n'y a pas le même "problème"..." A gauche où Ricardo Rodriguez, malgré toute les qualités d'un François Moubandjé, peut, c'est vrai, continuer à couler des jours heureux en sélection.

Retour à la page d'accueil