Ligue des champions : YB espère que les planètes s'aligneront ce soir

ATS

8.12.2021 - 05:00

ATS

8.12.2021 - 05:00

Les Young Boys terminent mercredi la deuxième phase de groupes de Ligue des champions de leur histoire. Pour poursuivre leur chemin en Europa League, ils ont besoin d'un exploit à Manchester United.

Jordan Siebatcheu :

Jordan Siebatcheu : "A Manchester, c'est la victoire ou rien"

Les Young Boys terminent mercredi la deuxième phase de groupes de Ligue des champions de leur histoire. Pour poursuivre leur chemin en Europa League, les Bernois ont besoin d'un exploit à Manchester United.

08.12.2021

Les Young Boys n'ont pas pu faire le voyage en Angleterre avec le coeur léger. Les dernières semaines ne se sont pas déroulées comme ils le souhaitaient, avec deux victoires sur les onze derniers matches.

Fabian Lustenberger a évoqué un cercle vicieux: «Avec de bons résultats, la confiance revient. Si ceux-ci ne suivent pas, on perd automatiquement du terrain.» Le défenseur, dont le retour après une longue pause due à une blessure a été l'une des bonnes nouvelles bernoises de ces dernières semaines, a souligné que les performances étaient souvent bonnes. «Nous sommes généralement dominants dans le jeu», ajoute Vincent Sierro.



Ce sont des petits détails qui font que les matches tournent en défaveur d'YB. «Nous prenons de mauvaises décisions. C'est très, très amer en ce moment», analyse sobrement Lustenberger. Tant derrière que devant. Et le retour de Jean-Pierre Nsame, qui pourrait aider l'attaque, ne se fera pas contre les Red Devils.

Manquent aussi Christian Fassnacht, Ulisses Garcia et Felix Mambimbi, remplacé sur blessure samedi lors du match contre Servette (1-2). Les Young Boys ne se sont jamais plaints des nombreux blessés de ces derniers mois.

Il n'y a rien de plus beau

Le dernier moment fort en Ligue des champions se profile. «C'est un match énorme contre un super adversaire dans un stade prestigieux, explique Lustenberger. Il n'y a rien de plus beau pour un footballeur. C'est pour ce genre de match que l'on veut aller en Ligue des champions.»

Pour YB, il reste un enjeu à la fin de cette phase de groupes. Il faudra que les planètes s'alignent pour accéder aux seizièmes de finale de l'Europa League. YB et Villareal doivent gagner pour que les Bernois dépassent encore l'Atalanta et se qualifient.



Les hommes de David Wagner se souviendront de leur premier duel remporté à Berne (2-1) contre les Mancuniens. YB avait alors démontré qu'il pouvait aussi tenir tête à l'équipe de Cristiano Ronaldo, à condition que les petits détails fonctionnent lorsque le jeu tourne en faveur de l'outsider. A Old Trafford, ce sera un tout autre match, prédit Sierro: «Ils voudront montrer que leur défaite chez nous n'était qu'un accident.»



Retrouvailles avec Rangnick

Manchester United s'est assuré la première place du groupe avant l'heure, malgré son faux pas initial à Berne. Mais le 6e de Premier League, avec le nouveau coach Ralf Rangnick, voudra se rassurer après le 1-0 contre Crystal Palace. Présenté en Angleterre comme le «père du contre-pressing», Rangnick se trouve être aussi un peu le père spirituel de Wagner.

Lorsque l'actuel entraîneur d'YB a commencé sa carrière d'entraîneur dans le secteur junior d'Hoffenheim, Rangnick était entraîneur de la première équipe et un modèle dans le domaine tactique. Actuellement, tous deux – dans des mondes différents – ont une mission similaire: remettre leur équipe sur les rails.


Ligue des champions : programme et classement du groupe F

ATS