Le grand soir pour l'équipe de Suisse

ATS

15.11.2021 - 07:30

ATS

15.11.2021 - 07:30

C'est le grand soir pour l'équipe de Suisse! Ce lundi à Lucerne, la sélection dirigée par Murat Yakin peut signer un authentique exploit: devancer l'Italie dans la course à la qualification directe pour la Coupe du monde 2022 au Qatar.

L'équipe de Suisse parviendra-t-elle à signer l'exploit lundi soir ?
Getty Images

Trois jours après avoir tenu en échec les Champions d'Europe à Rome (1-1), la Suisse reçoit la Bulgarie avec un seul objectif: gagner le plus largement possible. Elle doit, on le sait, effacer les deux buts de retard qu'elle accuse sur l'Italie au goal-average.



Dans le même temps, la «Squadra Azzurra» se déplace à Belfast où elle affronte l'Irlande du Nord dans un match qui ne sera pas simple. Les Irlandais n'ont, en effet, perdu que trois de leurs dix-neuf dernières rencontres jouées dans le cadre d'un tour préliminaire de la Coupe du monde et de l'Euro. L'une de ces trois défaites fut infligée par la Suisse lors du barrage de 2017 pour la Russie grâce, il faut le reconnaître, à un penalty tombé du ciel.



Le souvenir de Bloemfontein

Il vaut donc beaucoup mieux recevoir l'équipe 70e du classement FIFA, derrière le Panama mais devant les Emirats Arabes Unis, dans un stade à guichets fermés – 14'300 spectateurs – que de guerroyer au Windsor Park de Belfast où le coeur du public bat la chamade sur le moindre corner obtenu par ses joueurs. Mais Murat Yakin est trop «sage» pour ne pas ignorer les pièges qui attendent ses joueurs. Le poids de l'enjeu peut les crisper comme il avait paralysé le capitaine Gökhan Inler et ses coéquipiers un soir où la Suisse s'était retrouvée dans une situation identique. Lors de la Coupe du monde 2010, elle devait battre le Honduras par deux buts d'écart pour se hisser en huitième de finale. A l'arrivée, la sélection d'Ottmar Hitzfeld avait dû se contenter d'un 0-0 dans un match qui avait vu Diego Benaglio...multiplier les parades.

Xherdan Shaqiri est l'unique «survivant» de cette soirée maudite de Bloemfontein. Le Bâlois avait relayé Benjamin Huggel à la 78e minute pour ses premières minutes de jeu dans une Coupe du monde. Lundi, le capitaine honorera sa 100e sélection avec l'unique ambition de mener les siens vers une large victoire. Elle lui permettrait de devenir après Valon Behrami le deuxième joueur suisse à avoir disputé quatre phases finales de la Coupe du monde. 

Vendredi à Rome, il avait signé un début de match emballant aux côtés de Ruben Vargas et de Noah Okafor. Privé désormais de sept titulaires, Murat Yakin reconduira bien évidemment ce trio face aux Bulgares. Il titularisera, par ailleurs, Mario Gavranovic pour sans doute un Renato Steffen qui peine décidément à convaincre vraiment en sélection. «Mario est un joueur qui excelle dans la surface. Il tiendra un rôle important lundi soir», assure le sélectionneur. Cette année, le Tessinois a déjà inscrit six buts en sélection dont, bien sûr, le 3-3 du huitième de finale contre la France à l'Euro.



Casser les codes

En défense, la suspension de Manuel Akanji et la blessure de Ricardo Rodriguez ne laissent pas d'alternative au sélectionneur. Il devra casser les codes en quelque sorte avec le recul en défense central de Fabian Frei et la rocade à gauche de Silvan Widmer. 



Dans un tel match, il serait à la fois aberrant de se passer des services du buteur de Rome et de ne pas miser sur la vitesse de Kevin Mbabu. Il leur sera demandé de prendre sans cesse leur couloir pour asphyxier des Bulgares qui ont partagé l'enjeu jeudi en Ukraine lors d'une rencontre amicale à sens unique au cours de laquelle ils ont concédé... 36 tirs. Cette seule statistique dit combien les héritiers de Stoichkov et de Kostadinov sont tombés bas. Et que le nul 1-1 arraché aux Italiens le 2 septembre dernier à Florence tient tout simplement du miracle.

«Les Bulgares méritent toutefois un certain respect, lâche avec force Murat Yakin. Ils peuvent être très percutants dans le jeu de rupture. Nous devons veiller à conserver le bon équilibre et c'est pourquoi je ne pense pas bouleverser le schéma tactique. Bien sûr, l'idéal sera de marquer très tôt. Mais s'il faudra être patient, nous saurons l'être.» Le Bâlois sera bien sûr informé du déroulement du match de Belfast qui pourrait le conduire à procéder à des ajustements. Même s'il n'a découvert ce métier de sélectionneur qu'il y a trois mois et que son dernier poste l'avait conduit dans le relatif anonymat de la Challenge Leage, Murat Yakin n'est pas né de la dernière pluie. Loin s'en faut.



Qualification directe : mode d'emploi

La donne dans la lutte pour la première place du groupe C est simple: l'Italie et la Suisse compte le même nombre de points (15) mais les Italiens possèdent un avantage de deux unités au classement de la différence de buts (13-2 contre 11-2). Pour se qualifier directement pour la Coupe du monde 2022, la Suisse doit obtenir un meilleur résultat que l'Italie.

Elle sera qualifiée lundi soir si, bien sûr, elle cueille plus de points que l'Italie. Si les deux équipes gagnent sans encaisser un goal, la Suisse devra l'emporter avec deux buts d'écart pour remporter ce groupe C. 1-0 pour l'Italie et 3-0 pour la Suisse, c'est la Suisse qui passe. Idem avec un 2-0 et un 4-0, un 3-0 et un 5-0. Dans ces cas de figure, les deux équipes se retrouveraient avec le même nombre de points (18) et la même différence de buts (14-2, 15-2 et 16-2). Les résultats des confrontations directes (0-0 et 1-1) seraient alors pris en compte et la Suisse aura l'avantage en raison du bonus offert au but inscrit à l'extérieur.

Si l'Italie gagne 3-1, un succès 4-0 de la Suisse ne suffira pas en revanche Elle serait deuxième du groupe en raison du plus grand nombre de buts inscrits par l'Italie (16-3 contre 15-2). Elle devra alors s'imposer par trois buts d'écart pour se qualifier directement et éviter ainsi la douloureuse épreuve des barrages en mars prochain.

Mondial 2022 - Groupe C : programme et résultats

Suisse-Bulgarie : les infos d'avant match

  • Lucerne.
  • Coup d'envoi à 20.45.
  • Arbitre: Bastien (FRA).
  • Suisse: Sommer; Mbabu, Schär, Frei, Widmer; Okafor, Zakaria, Freuler, Vargas; Shaqiri; Gavranovic.
  • Bulgarie: Michailov; Jordanov, Dimitrov, Andrea Hristov, Velkovski; Nedelev, Radoslav Tsonev, Borislav Tsonev, Kirilov; Atanas Iliev, Despodov.

ATS