Pertes astronomiques en vue pour le Barça

ATS

6.4.2020 - 14:49

Le FC Barcelone ploie face à la pandémie. Club ayant les plus hauts revenus du monde mais aussi l'une des pires masses salariales, le géant catalan est pris à la gorge entre arrêt des compétitions, tensions avec ses stars et travaux somptuaires pour son stade.

Lionel Messi et ses coéquipiers du Barça ont réduit leurs salaires de plus de 70%.
Keystone

Plus d'un milliard d'euros: voilà le chiffre d'affaires record avancé par le Barça dans son budget prévisionnel pour la saison 2019-2020. Mais la crise sanitaire due à la pandémie de nouveau coronavirus, qui a durement frappé l'Espagne (deuxième pays le plus endeuillé au monde derrière l'Italie) et paralysé la Liga le 12 mars, a obligé le Barça à revoir ses objectifs financiers à la baisse et à prendre des mesures drastiques pour éviter la noyade.

«Evidemment, on n'arrivera pas à atteindre les 1,050 milliards d'euros de revenus» prévisionnels, a reconnu le président du FC Barcelone Josep Maria Bartomeu dans un entretien au journal catalan Mundo Deportivo, le 31 mars. Au total, selon la presse espagnole, le Barça pourrait perdre plus de 130 millions d'euros si LaLiga et la Ligue des champions ne venaient pas à leur terme: 48 millions d'euros de revenus générés par le Camp Nou (billets, musée) et près de 84 millions d'euros de droits TV non perçus.

Accord avec les joueurs

Sevrés de recettes, le club ayant eu la saison dernière le plus de revenus au monde selon le cabinet Deloitte a dû trouver un accord avec les joueurs professionnels pour une baisse de 70% de leurs salaires jusqu'à la reprise de la compétition. Cela lui permettra d'économiser 14 millions d'euros par mois.

L'accord a néanmoins provoqué un couac de communication qui a vu les stars du vestiaire, Lionel Messi en tête, doubler le club en publiant un communiqué sur le sujet pour défendre leur image... et ajouter 2% à la somme de leur initiative.

«Il y a une très forte diminution des revenus, donc nous essayons de compenser cela avec une réduction des salaires des sportifs et des employés, une diminution des frais, et des reports de projets» comme les travaux du nouveau Camp Nou, suspendus, a expliqué Bartomeu. La rénovation du Camp Nou, à son lancement, avait été estimée à 420 millions d'euros, lissés sur plusieurs saisons.

Le président du club omnisport a précisé qu'en incluant les autres sections professionnelles (basket, handball...), également concernées par l'accord, le total des salaires économisés correspondait à 16 millions d'euros par mois.

LaLiga pousse pour le chômage partiel

Pour le reste des salariés, la direction du Barça a mis en place un plan de chômage partiel (ERTE), accepté dimanche par LaLiga. Mais la plupart des employés percevront quand même la totalité de leur salaire, grâce au geste des joueurs professionnels.

«La direction prise par les clubs qui demandent des ERTE et qui trouvent des accords avec les joueurs va nous assurer que notre industrie souffre un peu moins en cette crise sanitaire», a réagi une source au sein de LaLiga, qui espère que, à terme, 90% des clubs des deux premières divisions espagnoles annonceront des plans de chômage partiel.

Grand rival du Barça, le Real Madrid n'a pour sa part encore rien annoncé. Financièrement, le club merengue semble mieux s'en sortir: il a bouclé ses derniers exercices dans le vert et a cumulé plus de 300 millions d'euros de bénéfices depuis 2009 selon la presse spécialisée, grâce à une politique de modération salariale menée depuis plusieurs saisons.

Pour autant, en surface, le Barça ne s'inquiète pas: «Nous sommes le club le plus riche du monde. Nous avons des écoles, un musée... Donc oui, cette suspension nous affecte plus que d'autres, mais on s'en relèvera aussi plus vite», a assuré le président Bartomeu dans un entretien à Sport.

Retour à la page d'accueilRetour au sport