"Je ne peux pas lutter contre des gens qui n'ont pas de cerveau"

Chris Geiger

23.7.2019

Le Tour de France exceptionnel que réalise actuellement Julian Alaphilippe soulève quelques interrogations chez les suiveurs les plus sceptiques. De quoi faire sortir de ses gonds Patrick Lefevere, manager de la Deceuninck Quick-Step.

La Deceuninck Quick-Step marque le Tour de France 2019 de son empreinte. La formation belge compte déjà trois victoires d'étapes (2x Alaphilippe, 1x Viviani) et surtout onze jours en jaune grâce à son numéro un mondial.

Les performances exceptionnelles du Français (27 ans) suscitent d'ailleurs quelques interrogations chez les suiveurs, notamment du côté des adversaires directs de l'équipe dirigée par Patrick Lefevere.

Alexandre Vinokourov, le manager d'Astana, avait remis en question le rendement remarquable du Tricolore sur cette Grande Boucle à l'issue de la 14e étape au Tourmalet. "Si Alaphilippe gagne le Tour, je ne comprends plus rien au cyclisme", avait notamment dit l'ancien coureur kazakh.

De quoi faire réagir Patrick Lefevere de manière véhémente lundi en conférence de presse. "Quelqu’un qui va au contrôle médical tous les soirs, et souvent au contrôle sanguin le matin, si on le pense suspect, ça en dit beaucoup sur les gens qui disent cela. Parce que ça veut dire que leur intelligence est vraiment en-dessous de leurs souliers et certainement pas dans leur tête", a d'abord lancé le manager belge.

Avant d'enchaîner. "Ça ne m’énerve pas. Comment je peux lutter contre des gens qui n’ont pas de cerveau? Je ne vais jamais m’abaisser pour lutter contre des gens comme ça."

Si Julian Alaphilippe réalise jusqu'à maintenant un Tour extraordinaire, le natif de Saint-Amand-Montrond ne sort pas de nulle part non plus. Numéro un mondial au classement UCI, le Français réalise la meilleure saison de sa carrière, avec déjà douze bouquets, dont des victoires de prestige sur Milan San Remo, la Flèche wallonne ou les Strade Bianche.

Retour à la page d'accueilRetour au sport