Moisson historique à Rome La Suisse, «nobody» devenue grande nation de l'athlétisme 

hle, ats

13.6.2024 - 10:09

A Rome, la délégation suisse revient sur les Championnats d'Europe les plus réussis de tous les temps. Neuf médailles, dont quatre en or, témoignent de la tendance à la hausse qui se poursuit.

A 32 ans, Mujinga Kambundji n'en a pas fini avec les exploits.
A 32 ans, Mujinga Kambundji n'en a pas fini avec les exploits.
KEYSTONE

13.6.2024 - 10:09

Les chiffres ne mentent pas. Ils témoignent d'une hausse dont le zénith a été une nouvelle fois repoussé. Munich 2022, avec ses six médailles, ses 14 places dans le top 8 et ce 12e rang au tableau des médailles, semblait difficile à dépasser. Deux ans plus tard, tout semble encore bien meilleur: neuf médailles, 18 classements dans le top 8 et une 5e place au tableau des médailles.

Et ces joutes au Stadio Olimpico ont offert des exploits historiques: pour la première fois quatre titres individuels (jamais plus d'un jusqu'à présent), pour la première fois deux médailles dans une discipline (le 200 m avec Timothé Mumenthaler et William Reais), pour la première fois une défense de titre réussie (Mujinga Kambundji sur 200 m).

En l'espace de deux décennies, la Suisse est passée du statut de «nobody» à celui de grande nation de l'athlétisme européen. Le point le plus bas a été atteint entre Munich 2002 (dix participants, une place en finale, l'argent pour André Bucher) et Helsinki 2012 (20 participants, trois places en finale, aucune médaille). Entre 2002 et 2012, il y a eu au total neuf places de finalistes sur quatre championnats d'Europe. Le double a été atteint à Rome.

Le scouting fonctionne

Les raisons de cette progression sont nombreuses, il n'y a pas de réponse simple. Philipp Bandi, le chef du sport de performance de Swiss Athletics, souligne quelques points en marge de la cérémonie de remise des prix avec Mujinga Kambundji. Le Bernois rappelle que les athlètes qui ont réussi à Rome ont presque tous été découverts dans l'un des nombreux programmes de relève comme l'UBS Kids Cup. Le scouting de Swiss Athletics fonctionne. Le nombre de débutants en athlétisme n'est pas beaucoup plus élevé qu'auparavant, mais la densité des talents a massivement augmenté.

Selon Bandi, la nouvelle génération a appris à gagner. Presque tous ceux qui sont montés sur le podium à Rome y sont déjà parvenus dans les catégories de la relève. Angelica Moser a même remporté six médailles d'or en tant qu'adolescente, William Reais a également été champion d'Europe des moins de 23 ans, Timothé Mumenthaler 3e à ce niveau. Ditaji Kambundji a remporté des victoires aux championnats d'Europe M20 et M23, Jason Joseph également, Simon Ehammer a été champion d'Europe M23 au saut en longueur et champion du monde M20 du décathlon. Mujinga Kambundji a remporté la médaille d'argent à 17 ans lors d'un festival olympique de la jeunesse.

Le système d'encouragement suisse permet de suivre des voies très différentes, explique Bandi. En tant que fédération, on ne sépare pas les clubs et les petites cellules. Swiss Athletics met d'abord des moyens à disposition pour le sport de compétition, professionnalise les entraîneurs, encourage les échanges entre eux ou soutient les actifs individuellement ou dans des groupes d'entraînement.

Création locale

Derrière chaque médaille de Rome se cache un entraîneur ou une entraîneure suisse, constate Bandi. L'époque où beaucoup partaient à l'étranger est révolue, ce qui remplit aussi le chef du sport de compétition de fierté: «Nous avons des entraîneurs performants et très bien formés.»

Les perspectives pour l'athlétisme suisse sont réjouissantes, ce que Bandi justifie en faisant référence à la structure d'âge: Ehammer, Annik Kälin, Mumenthaler, Reais, Joseph, Ditaji Kambundji ou Dominic Lobalu sont tous jeunes et devraient encore avoir deux cycles olympiques devant eux.

hle, ats