Lara Gut-Behrami

Lara Gut-Behrami : «C’est assez lourd à supporter»

Nicolas Larchevêque, Crans-Montana

25.2.2022

Les spécialistes de vitesse retrouvent la Coupe du monde de ski alpin ce week-end à Crans-Montana. Après des Jeux olympiques remplis de succès, les skieuses suisses abordent la première descente dans la station valaisanne, agendée à samedi, avec des ambitions diverses. Tour d’horizon.

Grippée, Lara Gut-Behrami n’aborde pas les courses de Crans-Montana dans les meilleures conditions.
Keystone

Nicolas Larchevêque, Crans-Montana

25.2.2022

Moins d’une semaine après la fin des Jeux olympiques de Pékin, la Coupe du monde de ski alpin reprend ses droits ce week-end. Et les spécialistes de vitesse ont rendez-vous à Crans-Montana pour deux descentes samedi (à 10h30) et dimanche (à 10h00).

Mais pour certaines, il s’agira avant tout de se remettre dans le bain après leur séjour chinois. «Le but est de retrouver la tension avant le week-end, mais je suis encore très fatiguée. J’ai encore un peu la tête dans les nuages», a ainsi reconnu Michelle Gisin après son premier contact avec la piste du Mont Lachaux.



«Je voulais absolument venir. Si ce n’était pas une course en Suisse, je ne serai pas venu. Mais d’être ici à Crans-Montana, c’est fantastique», a ajouté la double médaillée olympique à Pékin, avouant même que le fait que les tribunes soient pleines l’a motivée à grimper dans la station valaisanne. «Il faudra skier intelligemment, ne pas essayer des choses inutiles. Ne pas prendre de risque. Il faut garder en tête que mon physique n’est pas comme il devrait être.»

Corinne Suter a rechargé les batteries

Si Gisin ne tiendra pas forcément les premiers rôles, les chances de victoire côté helvétique repose surtout sur Corinne Suter, qui a signé le 10e temps de l’entraînement de vendredi. «Je me sens très bien. J’ai eu quelques jours à la maison (après les JO) et ça m’a permis de recharger les batteries», a indiqué la nouvelle championne olympique de la discipline.

De son côté, Lara Gut-Behrami n’aborde pas son week-end à Crans-Montana dans des conditions optimales. «Je suis malade, donc ce n’est pas vraiment top», a confié la Tessinoise, avec une voix rauque vendredi à l’entraînement. 



«Ça m’a pris il y a quelques jours et là je suis en train de retrouver ma voix. Il y a deux jours, je n’arrivais pas à parler. C’est un peu dur, parce que je n’ai pas vraiment d’énergie. J’espère que pour demain ça va s’améliorer un peu. Je ne vais peut-être pas être à 100 % guérie, mais ça serait pas mal que ça s’améliore», a expliqué celle qui est revenue de Chine avec l’or du Super-G et le bronze du géant.

«Comme je l’ai dit, c’est compliqué quand on n’est pas bien. Cela fait depuis novembre que je me bats avec des grippes récurrentes. C’est assez lourd à supporter, parce qu’à la fin c’est la base de notre métier d’être physiquement sain. Ça prend beaucoup d’énergie, mais c’est comme ça et je l’accepte. J’essaie de me protéger du mieux que je peux et on verra», a conclu Gut-Behrami.

Joana Hählen aura, elle, une belle carte à jouer. La Bernoise s’est montrée très à son aise à l’entraînement, signant le meilleur chrono jeudi et le 6e vendredi. Deuxième à Garmisch-Partenkirchen avant les JO, Jasmine Flury a eu de la peine à trouver le rythme sur la piste du Mont Lachaux (deux fois 47e), alors que Priska Nufer s’est illustrée vendredi (3e). Jasmina Suter, Noémie Kolly et Stephanie Jenal seront aussi dans le portillon de départ samedi.



Ski alpin : Michelle Gisin en toute décontraction à Crans-Montana

Ski alpin : Michelle Gisin en toute décontraction à Crans-Montana

Michelle Gisin aborde en toute décontraction la dernière ligne droite de la Coupe du monde 2021/22. La double médaillée des JO de Pékin est fatiguée, mais avant tout ravie de pouvoir partager son bonheur avec le public de Crans-Montana.

26.02.2022