Wengen

Wengen : un nouveau dimanche faste pour les slalomeurs suisses?

Nicolas Larchevêque, à Wengen

15.1.2022

Après trois jours de vitesse, Wengen accueille dimanche les techniciens du Cirque blanc pour un slalom. Brillants le week-end dernier à Adelboden, les Suisses espèrent confirmer devant leur public.

Quatrième à Adelboden, Ramon Zenhäusern parviendra-t-il à monter sur la boîte dimanche ?
Quatrième à Adelboden, Ramon Zenhäusern parviendra-t-il à monter sur la boîte dimanche ?
Keystone

Nicolas Larchevêque, à Wengen

15.1.2022

Après un slalom de folie à Adelboden le week-end dernier, les techniciens retrouvent le public helvétique dimanche à Wengen pour conclure une intense 92e édition du Lauberhorn, riche de quatre courses. Avec quatre Suisses classés dans le top 8 dimanche dernier, la délégation nationale espère briller une nouvelle fois dans l’Oberland bernois.

Et pour y arriver, certains ont pu bénéficier d’un entraînement supplémentaire grâce à l’exhibition organisée mercredi à Crans-Montana. «Que ce soit Tanguy Nef, Luca Aerni, Daniel Yule à un degré moindre, sans oublier tous les autres, on est tous présents. Cela laisse présager un bon Wengen et un bon Kitzbühel derrière», confiait alors Thierry Meynet, entraîneur des slalomeurs suisse, après le slalom nocturne.



La plupart de l’équipe est même restée dans la station valaisanne pour préparer au mieux la course de Wengen. «Advienne que pourra. Mais on sort d’un Adelboden, avec un bon résultat d’ensemble et on va essayer d’aller chercher quelque chose de plus fort encore», ajoutait Meynet.

«Pour les slalomeurs, la course d’Adelboden est peut-être plus importante que celle de Wengen. Ici, c’est la descente qui est reine», a reconnu pour sa part Daniel Yule vendredi lors d’un point presse en ligne. «Et avec tous les podiums suisses en vitesse, le public n’a plus beaucoup d’énergie pour nous le dimanche. Il aura trop fêté la veille (rires). Mais malgré tout, Wengen reste un classique et chaque slalomeur rêve de s’imposer un jour ici.»

Meillard : «Il faut oser lâcher les chevaux»

Après la mythique mais très exigeante piste du Chuenisbärgli, la tâche ne s’annonce également pas plus simple à Wengen pour les spécialistes des piquets. «Pour le slalom, la piste n’est pas facile. C’est un sacré challenge, il faut oser lâcher les chevaux, et cela dès le début. La piste est très exigeante. Pour dimanche, mon objectif sera de skier sans faire d’erreur», a estimé Loic Meillard, qui avait pris la 6e place dimanche dernier.

Au pied du podium à Adelboden, Ramon Zenhäusern voudra, lui, confirmer après un début de saison compliqué et une épaule qui lui fait toujours mal. «J’ai réussi à briser cette frontière mentale, je suis content. Ma 4e place à Adelboden m’a beaucoup aidé. Je m’attends à la même bagarre dimanche que celle qu'il y a eu le week-end dernier, où les écarts étaient infimes entre les meilleurs et ceux autour de la 30e place», a expliqué le Haut-Valaisan.



Après le chaudron d’Adelboden, le skieur de Bürchen retrouvera - à n’en pas douter - un public en feu dimanche. «C’est pour ces moments qu’on est là. En Suisse, il a toujours plus d’émotion et d’adrénaline. C’est cool. La piste est magnifique, je m’en réjouis déjà. Il faudra pousser de la première à la dernière porte et ne pas hésiter à prendre des risques», a confié le géant de deux mètres.

Cette course aura également une saveur particulière pour Luca Aerni. «J'ai grandi dans le canton de Berne, j’y ai fait mon école aussi. J’ai appris à skier au Ski-Club de Crans-Montana, mais j’aime toujours venir dans le canton de Berne», a avoué le Valaisan de 28 ans. Fort de sa 5e place de dimanche dernier, il espère enchaîner. «Si je me concentre sur moi-même et que je reste sur des choses simples, je peux refaire un bon résultat comme à Adelboden.»

Gageons que les planètes seront à nouveau alignées dimanche pour les Suisses. Réponse dès 10h30...