Interview exclusive


Marc Rosset: "Le tennis a besoin qu'un jeune joueur gagne un Grand Chelem"

Chris Geiger, à Bâle.

23.10.2018

Rencontré dans les travées de la Halle Saint-Jacques en marge des Swiss Indoors, Marc Rosset a livré ses impressions sur Federer, Wawrinka et le tennis en général. Sans langue de bois, forcément. 

Marc Rosset: "Si Federer entend briller ici à Bâle, il devra mieux jouer que lors de cette seconde partie de saison."
Marc Rosset: "Si Federer entend briller ici à Bâle, il devra mieux jouer que lors de cette seconde partie de saison."
Keystone

Marc Rosset, selon vous, qui est le favori de ces Swiss Indoors 2018?

"Je pense que Federer est le favori car il a gagné tellement de fois ce tournoi. De plus, la surface indoor lui convient à la perfection. Il faudra tout de même se méfier de Cilic, qui est également un excellent joueur en indoor. Mais en l'absence de Del Potro ou de Djokovic, je pense que Federer est nettement le favori."

Alexander Zverev peut-il jouer les trouble-fêtes à Bâle?

"Il a plutôt bien joué sur terre battue cette saison, mais il n'arrive toujours pas à confirmer lors des tournois du Grand Chelem. Mais je pense qu'avec les blessures de Murray, de Djokovic ou encore de Wawrinka, il s'est retrouvé bien classé trop rapidement. C'est pourquoi il doit maintenant confirmer en Grand Chelem, là où s'écrit l'histoire du tennis. Notre sport a besoin qu'un jeune joueur gagne un Grand Chelem. Car depuis 10 ou 15 ans et les sacres de Federer ou de Nadal, personne n'y arrive. Mais Zverev reste un excellent joueur tout au long de l'année, ce sera aussi le cas ici à Bâle." 

D'autant plus avec les forfaits de Wawrinka, Del Potro ou encore Goffin, non?

"Oui! D'ailleurs je pense que pour la première fois depuis la création des Swiss Indoors, le tournoi de Vienne (qui se déroule aussi cette semaine) présente un tableau plus relevé que celui de Bâle. Alors certes Federer, Zverev ou Cilic ne sont pas en Autriche, mais l'affiche y est plus dense. Je pense que certains joueurs comme Anderson, Isner ou Fognini ont choisi la ville de Mozart afin de marquer des points dans leur course respective au Masters. Historiquement, il est, en effet, plus difficile de gagner à Bâle qu'à Vienne." 

Nous avons évoqué précédemment l'absence de Wawrinka. Comment avez-vous vécu cette annonce?

"Une blessure n'est pas forcément quelque chose de surprenant. Et lorsqu'on regarde son classement actuel (ATP 68), Stan aurait pratiquement dû gagner ici à Bâle puis à Bercy pour figurer parmi les têtes de série du prochain Open d'Australie. Sachant qu'il n'a que très rarement brillé en indoor ces dernières saisons, son choix de faire l'impasse sur la fin de la saison est logique. Avec cette blessure, l'avantage est que Wawrinka pourra souffler un peu, avant de réaliser un bon bloc de préparation afin d'être fin prêt l'année prochaine." 

Malgré cette fin abrupte, quel regard portez-vous sur la saison de Wawrinka?

"Il y a eu des hauts et des bas. C'est dommage, car il y a eu des défaites rageantes. Je pense notamment à l'US Open contre Raonic, où Stan avait livré une bonne performance. Finalement, ces matches perdus l'ont empêché d'être mieux classé en cette fin de saison. Il faut néanmoins se rappeler d'où il vient. Sa tournée positive aux Etats-Unis a levé mes doutes et je suis plutôt rassuré quant à son niveau tennistique pour l'année prochaine."

Et comment jugez-vous l'exercice 2018 de Federer?

"Depuis Wimbledon et le retour aux affaires de Djokovic, Federer a eu plus de mal. J'espère qu'il va se refaire une santé en indoor. S'il entend briller ici, il devra mieux jouer que lors de cette seconde partie de saison. Mais n'oublions pas son excellent début de saison et son sacre en Australie."

Retour à la page d'accueilRetour au sport