Coupe Davis

Yannick Noah: "Là, ça change et il faut s'adapter"

13.9.2018

Un seul être vous manque... Le forfait de Rafaël Nadal a totalement relancé le suspens d'une demi-finale de Coupe Davis France-Espagne qui en paraissait quasiment dépourvue. L'autre demi-finale semble moins ouverte, la Croatie partant favorite face aux Etats-Unis à Zadar.

Yannick Noah, le capitaine des Bleus: "La physionomie est totalement différente, notamment au niveau de la préparation.
Keystone

Les Bleus, pourtant pas dans leur meilleur forme, peuvent désormais croire à une inespérée deuxième finale de suite. Une bonne étoile suit décidément Yannick Noah. Depuis qu'il a repris les rênes de l'équipe en 2016, les nos 1 adverses ont bien souvent eu la fâcheuse tendance à manquer à l'appel: lors de la campagne victorieuse de 2017, la France a ainsi joué face au Japon sans Kei Nishikori, face à la Grande-Bretagne sans Andy Murray et face à la Serbie sans Novak Djokovic!

L'histoire se répète donc. On ne donnait pas cher de la peau de Bleus bien pâles ces dernières semaines face à une équipe d'Espagne agrémentée d'un Rafael Nadal qui n'a perdu qu'un seul match de Coupe Davis dans sa carrière. Mais le no 1 mondial a finalement renoncé en raison d'un genou à nouveau récalcitrant. Ce retrait change tout, comme l'a résumé mardi le capitaine des Bleus: "La physionomie est totalement différente, notamment au niveau de la préparation. Quand Nadal joue, c'est quasiment deux points (assurés) pour l'Espagne... Là, ça change et il faut s'adapter".

Une adaptation dans ce sens apparaît tout de suite plus facile à gérer. Mais voilà. Même sans Rafael Nadal, l'Espagne reste un morceau compliqué. Les deux meilleurs joueurs de Sergi Bruguera, Pablo Carreño Busta (ATP 21) et Roberto Bautista Agut (ATP 26), ont largement les moyens de battre tant Lucas Pouille (ATP 19) que Benoît Paire (ATP 54) en simple. Même sur surface dure. Comme l'a rappelé Yannick Noah, "sur le papier" cette équipe "est encore meilleure que la nôtre". Un état des lieux à mettre en relief avec le niveau des joueurs français en ce moment.

Une équipe "B" américaine

Dans l'autre demi-finale, la Croatie partira favorite à Zadar face aux Etats-Unis, qui devront évoluer sur la surface qui leur convient le moins (la terre battue) et doivent composer sans leur meilleur joueur de simple (John Isner/ATP 10) et sans le spécialiste de double Jack Sock. Borna Coric (ATP 18) et Marin Cilic (ATP 6) ne devraient pas connaître de difficulté majeure en simple. Le premier nommé ouvrira les feux vendredi face au no 1 américain Steve Johnson (ATP 30), alors que le deuxième se mesurera au néophyte Frances Tiafoe (ATP 40) dans la foulée.

Retour à la page d'accueil