Coronavirus: front commun des géants d'Internet face à la désinformation

AFP

19.3.2020 - 20:23

Plusieurs grandes plateformes Internet ont décidé de conjuguer leurs efforts pour combattre la désinformation en ligne sur la pandémie de coronavirus
Source: AFP/Archives

Plusieurs grandes plateformes Internet ont décidé de conjuguer leurs efforts pour combattre la désinformation en ligne sur la pandémie de coronavirus.

Facebook a même annoncé un programme de 100 millions de dollars pour aider les petites et moyennes entreprises affectées par la crise.

Dans une déclaration commune publiée lundi soir, Facebook, Google, Twitter, Microsoft et Reddit, ainsi que YouTube (propriété de Google) et LinkedIn (propriété de Microsoft) ont assuré «travailler ensemble de manière étroite sur la réponse apportée au COVID-19.»

«Nous aidons des millions de personnes à rester connectées tout en combattant la fraude et la désinformation sur le virus en mettant en avant des contenus fiables sur nos plateformes et en partageant des informations essentielles sur la coordination avec les agences sanitaires mondiales», indiquent les groupes.

«Nous invitons d'autres entreprises à nous rejoindre pour continuer à protéger nos communautés», ajoutent-ils.

De son côté, Facebook a mis en place mardi un programme de dons de 100 millions de dollars pour venir en aide aux petites et moyennes entreprises dans le monde entier, dont l'activité est affectée par la crise du coronavirus.

«Nous avons bien compris qu'un soutien financier pouvait aider les petites entreprises à survivre et à payer les gens qui ne peuvent pas se rendre sur leur lieu de travail», a indiqué la numéro 2 de Facebook Sheryl Sandberg dans une publication sur le réseau social.

«C'est pourquoi j'annonce aujourd'hui que Facebook investit 100 millions de dollars pour aider 30.000 petites entreprises dans plus de 30 pays où nos employés vivent et travaillent», a-t-elle précisé.

Le réseau social a par ailleurs fait part mardi d'un partenariat avec le réseau international de vérification des faits (IFCN) de l'institut Poynter, une initiative à laquelle l'AFP participe.

Cette collaboration, qui dispose d'un budget de 1 million de dollars, propose des subventions d'un montant maximum de 50.000 dollars pour des projets dans le monde entier luttant contre les fausses informations liées à la pandémie.

Parmi les autres mesures déjà prises par Facebook, le groupe a notamment annoncé l'interdiction de publicités cherchant à semer la panique autour du coronavirus ou à promouvoir des traitements dont l'efficacité n'a pas été démontrée. Les publicités et annonces pour des masques médicaux sont également temporairement interdites sur la plateforme.

Ces décisions interviennent au moment où la réponse mondiale à la pandémie s'intensifie et où de fausses informations mettant en doute parfois la réalité même du virus circulent sur Internet.

De nombreux pays ont décrété de strictes mesures de confinement pour contenir la propagation du virus, suivis par plusieurs villes et Etats américains.

Retour à la page d'accueil