Les déboires du stationnement autonome

dj

4.10.2019 - 14:09

Le modèle Tesla 3 est censé pouvoir rejoindre son propriétaire de façon autonome.
Keystone

Grâce à une nouvelle fonctionnalité futuriste, la Tesla est censée pouvoir quitter son stationnement de façon autonome. Mais sur les parkings américains la situation est autrement plus chaotique.

Tesla, le constructeur de voitures électriques, a publié la semaine dernière une mise à jour majeure du logiciel embarqué de ses véhicules. La fonctionnalité «Smart Summon» fait figure de nouveauté de la version 10. Grâce à cette commande, vous êtes censé pouvoir appeler votre véhicule Tesla stationné, à condition que vous puissiez le voir et qu’il soit à moins de 60 mètres.

Smart Summon, indisponible en Europe dans un premier temps, doit également permettre au véhicule de détecter et d'éviter les obstacles afin qu’il puisse rejoindre son propriétaire. Il s'agit donc de conduite autonome à petite échelle. Le patron de Tesla, Elon Musk, avait déjà promis à plusieurs reprises que la conduite 100% autonome était sur le point d'être commercialisée, mais il n’a cessé de repousser l’échéance.

La réalité ne dépasse pas la fiction

Cependant, les premiers tests réalisés dans les parkings montrent que Smart Summon n'est pas encore totalement au point et commet des erreurs que les humains seraient en mesure d’éviter. Une vidéo montre notamment une Model 3 qui, en traversant une voie de circulation à l’intérieur d’un parking, ne détecte pas un véhicule et échappe de peu à la collision.

Une autre vidéo ne montre aucune situation dangereuse, mais une Tesla complètement débordée alors qu’il y a peu de circulation et seuls quelques piétons sur un parking de supermarché.

En outre, des carrosseries endommagées ont également été signalées. Cela s’est produit lors d'une tentative de stationnement sur un parking public et lors d’un stationnement dans un garage privé, sans influence extérieure.

Lors du lancement de Smart Summon, Tesla a indiqué, en petits caractères, que cette fonctionnalité ne pouvait être utilisée que sur une propriété privée et que le détenteur du véhicule devait toujours garder un œil sur sa voiture afin de pouvoir intervenir à tout moment. Cependant, à l’instar du pilotage automatique, l'utilisateur a le champ libre pour tester les limites du possible.

Un jouet à 33 000 francs...

Retour à la page d'accueil