James Franco face à de nouvelles accusations de harcèlement

4.10.2019 - 11:06, CoverMedia

actor James Franco attends the New York special screening of the 3rd and last season of HBO's "The Deuce" on September 5, 2019 at Metrograph Theater in New York, New York, USA. photo by Robin Platzer/ Twin Images/ Avalon Where: New York, New York, United States When: 05 Sep 2019 Credit: WENN/Avalon **WENN/Avalon**
Source: WENN/Avalon

James Franco a été visé par de nouvelles accusations de harcèlement sexuel émanant de deux de ses anciennes étudiantes de théâtre. Selon TMZ, il aurait abusé de sa position de professeur face aux actrices en herbe.

James Franco est à nouveau accusé de harcèlement sexuel par deux de ses anciennes élèves. Sarah Tither-Kaplan et Toni Gael ont déclaré que la star de 127 Heures avait incité les étudiantes à se déshabiller pour des auditions à l'école de théâtre Studio 4, qu'il a cofondée.

Elles ont également affirmé que lui et d'autres enseignants et instructeurs s'étaient livrés à un « comportement inapproprié et à caractère sexuel » à l'égard de certaines étudiantes et avaient créé « un environnement de harcèlement et d'exploitation sexuelle ». Selon les documents obtenus par TMZ, James Franco offrait des rôles dans des films indépendants qu'il produisait ou réalisait à celles qui osaient se dénuder et jouer dans des scènes d'amour. Les deux femmes affirment que les étudiantes ont été « incitées à se livrer à des actes sexuels simulés allant bien au-delà des normes de l'industrie ».

Toni Gael affirme par ailleurs qu'elle s'est vu refuser l'entrée d'une classe sur les scènes d'amour après avoir exprimé ses inquiétudes, tandis que Sarah Tither-Kaplan, qui a décroché des rôles dans des productions de James Franco, affirme que celui-ci a retiré les protections des parties intimes des actrices alors qu'il « simulait un cunnilingus » lors d'une scène d'orgie.

L'acteur de 41 ans avait auparavant été accusé de comportement inapproprié et d'abus de pouvoir par cinq femmes. James Franco avait qualifié ces allégations d'« inexactes ».

Retour à la page d'accueil

Plus d'articles