People

Karl Lagerfeld se considèrera toujours comme « fainéant »

CoverMedia

2.11.2017 - 12:22

The British Fashion Awards 2015 - Arrivals Featuring: Karl Lagerfeld Where: London, United Kingdom When: 23 Nov 2015 Credit: Lia Toby/WENN.com
Covermedia

(Cover) - FR French Stars - Le designer allemand Karl Lagerfeld a fort à faire avec ses marque, Chanel et Fendi, en plus de ses collaborations avec des marques telles que H&M et Vans. Mais malgré le fait qu’il soit l’un des hommes les plus occupés de la mode, il maintient que pour lui, il n’en fait pas assez pour s’améliorer. Comme il le dit à WWD : « Je ne suis jamais content de moi. Je pense que je pourrais faire mieux. Je pense que je suis fainéant. Je pense que je pourrais faire un effort. Et c’est pour ça que je peux aller de l’avant. Si vous êtes content de vous, c’est mauvais, très mauvais ».

Il sera dur de trouver quelqu’un qui est d’accord avec lui, tant il a été inondé de compliments après avoir reçu la distinction John B Fairchild Honor, présentée par WWD. Ralph Lauren a noté qu’il doute que Karl Lagerfeld, 84 ans, se « soit un jour ennuyé dans sa vie », et a exprimé son admiration pour les talents de l’icône, parmi lesquels l’art et la photographie.

Tommy Hilfiger, quant à lui, l’a surnommé « le plus incroyable talent du monde », et Pierpaolo Picioli, directeur créatif de Valentin le décrit comme un pionnier qui a pavé la voie pour les designers d’aujourd’hui. « Il est le symbole de la figure du designer qui est capable d’interpréter et donner sa vision à une marque, tout en respectant son ADN. Il l’a fait en premier pour Fendi et chez Chanel. Sa force est son aptitude à pousser les limites de la créativité moderne et d’aller au-delà des attentes. Il représente l’épitomé du fantasme en créant des mondes uniques autour de chaque collection. Karl définit la modernité de chaque époque et est toujours capable d’en extraire son essence. »

Et Karl Lagerfeld retourne le compliment : il a beaucoup de bien à dire des designers de cette époque, en déclarant qu’ils sont moins prétentieux et plus amicaux, sans les « problèmes d’ego stupides » que l’on pouvait voir il y a 20 ans.

Cover Media

Retour à la page d'accueil

CoverMedia