Initiative sur l'Afrique lancée en Suisse

ATS

1.11.2019 - 16:01

Les responsables religieux des différents pays souhaitent oeuvrer notamment au Soudan du Sud (archives).
Source: KEYSTONE/AP/SAM MEDNICK

Des responsables religieux de sept pays africains ont lancé depuis la Suisse une nouvelle initiative commune pour oeuvrer pour la paix dans la région des Grands lacs. Réunis cette semaine dans le canton de Vaud, ils ont établi une nouvelle association de droit suisse.

Dans une déclaration d'intention, approuvée vendredi au terme de la discussion sur cinq jours, environ 25 représentants catholiques, protestants et musulmans s'engagent à une action commune pour faciliter la prévention des conflits et la réconciliation dans leurs pays. La Suisse a largement financé les travaux préparatoires de cette réunion facilitée par l'entité suisse CatImpact.

«Nous sommes dans une région décimée par la guerre», a affirmé à Keystone-ATS le président de la Conférence épiscopale nationale congolaise (CENCO), l'archevêque Marcel Utembi, qui a porté cette initiative. Il salue le «rôle actif» de la Suisse dans cette zone et la contribution de ce pays à la consolidation de la paix, notamment en République démocratique du Congo (RDC) où elle a accompagné le dialogue interconfessionnel mené par la CENCO.

Cette semaine, ces représentants de la RDC, de la République du Congo, de l'Angola, du Burundi, de la Centrafrique, du Rwanda et du Soudan du Sud ont lancé la Plateforme interconfessionnelle pour les Grands lacs (PIDP-GL). Ils vont s'allier pour «relayer un message fort auprès des populations et interpeller les acteurs politiques» responsables de violences, dit Mgr Utembi.

Ils souhaitent soutenir des dialogues et faciliter des médiations entre les parties liées à des tensions. Ils devront encore décider dans les prochains jours des premières actions à mener pour avoir un impact national, régional et sous-régional. Mais de son côté, l'archevêque mentionne déjà le Soudan du Sud qui attend toujours un gouvernement d'union nationale et le climat préélectoral avant la présidentielle de 2020 au Burundi.

Retour à la page d'accueil

ATS