L’abus de sel, ennemi du système immunitaire

CoverMedia

12.4.2020 - 14:00

Manger trop de sel peut affaiblir certaines parties du système immunitaire.
Source: Ina Peters/Westend61/Cover Image

L’abus de sel n’est pas seulement mauvais pour le cœur, il affecte aussi la capacité de notre système immunitaire à se défendre contre les infections. Une information très importante en ce moment, découverte par des chercheurs de l'hôpital universitaire de Bonn en Allemagne et publiée dans la revue Science Translational Medicine.

Manger trop de sel peut affaiblir certaines parties du système immunitaire, laissant le corps vulnérable aux infections bactériennes, ont rapporté les chercheurs de l'hôpital universitaire de Bonn en Allemagne qui ont mené des études sur le sujet. Elles ont révélé que d'importantes cellules immunitaires étaient moins capables de combattre les infections lorsqu'elles étaient exposées à des niveaux élevés de sel.

Dans une des études, des souris nourries avec un régime à haute teneur en sel ont souffert d'infections bactériennes beaucoup plus graves. Dans une étude parallèle, 20 participants humains ont montré des déficiences immunitaires importantes en consommant six grammes de sel supplémentaires par jour, ce qui équivaut à deux repas dans un fast-food.

Alors qu'une consommation excessive de sel est également été liée à une hypertension artérielle et à un risque accru de crise cardiaque ou d'accident vasculaire cérébral (AVC), le co-auteur de l'étude, le Dr Christian Kurts, a déclaré que les conclusions de son équipe prouvent que cela affaiblit également le système immunitaire.

Moins d'effets sur les bactéries

«Nous avons examiné des volontaires qui ont consommé six grammes de sel en plus de leur consommation quotidienne, a expliqué le Dr Kurts. C'est à peu près la quantité contenue dans deux repas de fast-food, c'est-à-dire deux hamburgers et deux portions de frites.»

Les chercheurs ont examiné des échantillons de sang prélevés sur les participants humains après une semaine de régime à haute teneur en sel, et ont constaté que les cellules immunitaires appelées granulocytes, qui attaquent les bactéries, étaient moins puissantes.

Et leurs conclusions ont été confirmées par les travaux effectués sur des souris, car après avoir été exposées à la bactérie Listeria, celles qui avaient consommé beaucoup de sel avaient beaucoup moins de chances de pouvoir arrêter l'infection. «Nous avions auparavant mis certaines d'entre elles au régime à forte teneur en sel. Dans la rate et le foie de ces animaux, nous avons compté de 100 à 1000 fois le nombre d'agents pathogènes responsables de maladies», a ajouté l'autrice principale de l'étude, Katarzyna Jobin.

Les résultats sont publiés dans la revue Science Translational Medicine.

Quels aliments pour une belle peau?

Retour à la page d'accueil

CoverMedia