Pertes records pour Singapore Airlines lors de son deuxième trimestre

Relaxnews

8.11.2020 - 22:18

Singapore Airlines avait annoncé la suppression de 4.300 emplois, soit environ 20% de ses effectifs.
Source: Relaxnews

Singapore Airlines a annoncé vendredi une perte nette record pour son deuxième trimestre fiscal, la compagnie aérienne nationale singapourienne continuant de subir les conséquences de la pandémie de coronavirus.

Le transporteur, qui a supprimé des milliers d'emplois et cloué au sol une grande partie de sa flotte, a annoncé que sa perte nette entre juillet et fin septembre s'élevait à 2,34 milliards de dollars de Singapour (1,7 milliard de dollars), contre un bénéfice net de 94,5 millions de Sg$ pour la même période l'année précédente.

Le chiffre d'affaires pour le trimestre a chuté de 81,4 %, à 783,8 millions de Sg$.

Les pertes nettes du premier semestre se sont élevées à 3,47 milliards de Sg$.

«La reprise après la pandémie de Covid-19 restera probablement inégale, étant donné les nouvelles vagues d'infections dans le monde et les inquiétudes concernant les cas importés», a déclaré la compagnie.

Elle a ajouté avoir conclu des discussions avec Airbus sur un calendrier révisé pour la livraison de ses commandes d'avions et que des négociations similaires avec Boeing étaient à un «stade avancé».

Le mois dernier, le transporteur avait annoncé la suppression de 4.300 emplois, soit environ 20% de ses effectifs.

Confrontées à une crise sans précédent, certaines compagnies aériennes dont Singapore Airlines, se sont tournées vers des offres originales pour tenter de gagner quand même de l'argent, offrant par exemple des «vols vers nulle part» ou des visites d'avions.

Mais la compagnie de Singapour a dû abandonner son programme de vols sans destination à la suite du tollé provoqué par leur impact sur l'environnement. Elle offre en revanche aux passagers la possibilité de dîner à bord de deux A380 au sol et propose également la livraison à domicile de repas d'avion.

Selon l'Association internationale du transport aérien (IATA), les compagnies aériennes opérant dans la région Asie-Pacifique risquent de perdre 27,8 milliards de dollars cette année. En juillet, l'IATA avait prévu que le trafic aérien mondial ne retrouverait probablement pas son niveau d'avant l'apparition du coronavirus avant au moins 2024, soit un an plus tard que prévu.

Retour à la page d'accueil

Relaxnews