Commentaire

Le topo d'après-match: "Bienvenue en Champions League !"

Teleclub MB

20.9.2018

Le baptème du feu fut glacial. Pour la première sortie de son histoire en Champions League, Young Boys a vécu une soirée cruelle au Stade de Suisse face à Manchester United. On appelle ça l'apprentissage du haut niveau.

Les mots de Guillaume Hoarau au sortir de la défaite face à Manchester United en disent long sur ce qui s'est déroulé mercredi soir à Berne:"Bienvenue en Champions League !" .

Le score, un sec 3 à 0, est en quelque sorte un cadeau de bienvenue des Red Devils aux Young Boys, comme s'il fallait montrer aux Bernois que les matches européens du mercredi n'allaient pas avoir la même saveur que ceux du dimanche en Super League.

Le catenaccio ? On ne connaît pas à Berne

Et pourtant, YB a clairement bousculé cet ogre qu'est ManU dans un stade de Suisse, pour une fois, en effervescence. Durant les 35 premières minutes, les Bernois, complètement décomplexés, ont joué comme ils savent le faire sur les terrains helvétiques: en attaquant avec leur 4-4-2 si efficace en Suisse.

Aucun regret ou presque donc, YB a tenté, YB ne s'est pas caché mais YB a perdu. Nul doute qu'en parquant le bus devant le but de Von Ballmoos, le score aurait été semblable à celui d'hier, voire pire. Le public n'aurait pas compris et le champion de Suisse aurait joué à l'inverse de ce qu'il savait faire. Malgré la défaite, Seoane a donc eu raison de tout tenter et c'est tout à son honneur.

L'Angleterre (re)découvre Mbabu

"Mbabu va prendre 15 millions de valeur sur ce match". Un tweet anodin prouve bien que la Suisse tient, avec Kevin Mbabu, un latéral de classe mondiale. Hier, il a en effet été énorme, surtout en première mi-temps.

Défensivement, l'ancien joueur de Newcastle a éteint quasiment toutes les attaques de Marcus Rashford. Et offensivement, le Genevois a régulièrement enrhumé ses opposants, de Luke Shaw à Fred. Les journalistes et suiveurs britanniques n'en revenaient pas.

À la 44ème minute de jeu, l'arbitre Deniz Aytekin venait pourtant refroidir les ardeurs du latéral helvétique, en désignant le point de penalty sur une faute de main pas évidente du tout. Et après le 2-0 de Pogba inscrit sur ce penalty, les espoirs d'YB et de Mbabu étaient quasiment réduits à néant.

Peu importe, c'est fait. Le directoire bernois va peut-être pouvoir se consoler cet hiver ou l'été prochain, lorsqu'il touchera le jackpot sur des ventes de Mbabu ou d'autres joueurs. Oui, car la Ligue des Champions, c'est aussi ça: la visibilité aux yeux de l'Europe. Et si les Bernois ont perdu un match hier soir, ils ont peut-être gagné bien plus.

Retour à la page d'accueil