Premier enfant décédé du coronavirus

ATS

29.5.2020 - 15:47

Un enfant fait partie des victimes du coronavirus (archives).
Source: KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

La Suisse a enregistré 32 cas supplémentaires de coronavirus et 2 décès liés à la maladie en 24 heures. Pour la première fois, un enfant fait partie des victimes. Par ailleurs, le tourisme d'achat sera permis à partir du 15 juin. Ce vendredi marque quant à lui la fin de l’engagement de l’armée au profit du système de santé.

L'enfant, dont l'âge n'a pas été précisé, résidait dans le canton d'Argovie. Il a contracté la maladie du Covid-19 à l'étranger, a précisé le nouveau responsable des maladies transmissibles de l'OFSP Stefan Kuster devant la presse à Berne.

Le nourrisson avait été rapatrié à l'hôpital pour enfants de Zurich, a précisé encore Kuster. Aucune autre information n'a été donnée sur le cas. Des clarifications sont en cours.

Interrogé sur la possibilité d'une nouvelle vague en Argovie, Kuster a répondu qu'il n'avait pas connaissance d'une recrudescence particulière dans le canton. Pour le moment, la plupart des nouvelles infections sont en lien avec des cas déjà répertoriés. «Les sources sont généralement connues», a-t-il ajouté.

Deux élèves infectés à Bâle

Le canton de Bâle a pour sa part indiqué que deux enfants de la même famille avaient été contaminés sur son territoire, respectivement dans une école primaire et une école enfantine, entraînant la mise en quarantaine de quelque 70 personnes.

L'établissement scolaire fréquenté par les deux enfants se trouve dans un quartier d'habitations situé à l'ouest de la ville. Les membres de leur famille ont été placés en quarantaine jusqu'au 5 juin, de même que les camarades de classe et les enseignants des deux enfants, indique vendredi le département de l'éducation de Bâle-Ville.

Les autorités ignorent pour l'instant comment les deux enfants ont été infectés. Elles doivent encore établir s'il est nécessaire de placer d'autres enseignants en quarantaine.

Plus de 30'000 cas

Au total, la Suisse compte 30'828 cas confirmés en laboratoire et 1657 décès. Sur les 390'697 tests effectués, 10% étaient positifs. L’incidence se monte à 359 cas et 19 décès pour 100'000 habitants. Parmi les personnes décédées, 58% étaient des hommes et 42% des femmes. Leur âge allait de 0 à 108 ans, avec un âge médian de 84 ans.

Sur les 1573 personnes décédées pour lesquelles les données sont complètes, 97% souffraient d’au moins une maladie préexistante. Les trois maladies préexistantes les plus fréquemment mentionnées étaient l'hypertension (63%), les maladies cardiovasculaires (57%) et le diabète (26%).

A ce jour, 3968 hospitalisations en lien avec un cas de Covid-19 confirmé ont été déclarées. Tous les cantons sont concernés par la pandémie. Ceux de Genève, du Tessin, de Vaud, de Bâle-Ville et du Valais restent les plus touchés.

Tourisme d'achat également permis à partir du 15 juin

Le tourisme d'achat sera à nouveau permis dès le 15 juin, a indiqué vendredi le Secrétaire d'Etat aux migration. Mario Gattiker est revenu sur les différentes étapes de l'ouverture des frontières.

L'ouverture des frontières avec la France, l'Allemagne et la France le 15 juin rimera avec le rétablissement du tourisme d'achat, a précisé M. Gättiker.

La Suisse souhaite que la liberté de se déplacer à travers l'Espace Schengen soit rétablie le 6 juillet. Mais sur ce dossier, tous les pays membres doivent encore se mettre d'accord, relève M. Gättiker.

Les entreprises ont un devoir de protection de leurs employés

Alors que l'activité dans les entreprises reprend avec l'assouplissement des mesures contre le coronavirus, la Confédération rappelle le devoir des employeurs d'assurer la sécurité de leurs employés. La Suva et les inspecteurs du travail dans les cantons sont chargés des contrôles.

Ce devoir de protection est inscrit dans la Loi sur le travail, a rappelé le chef de la direction du travail auprès du Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO), Boris Zürcher, vendredi lors d'une conférence de presse à Berne.

Si les distances ne peuvent être garanties, les employeurs doivent prendre des mesures, par exemple en installant des protections en plexiglas ou encore en mettant des masques à disposition.

Fin de l’engagement de l’armée au profit du système de santé

L'engagement de l'armée au profit du système de santé s'est terminé vendredi et les militaires du domaine sanitaire sont licenciés, indique l'armée dans un communiqué. Les premiers soldats avaient été mobilisés le 16 mars pour aider le système de santé suisse.

Mobilisés pour faire face à la crise du coronavirus, les militaires ont été chargé de venir en appui au système de santé, à l’Administration fédérale des douanes et aux corps de police cantonaux avec un maximum de 8000 militaires. Jusqu'à 5000 militaires engagés conjointement ont depuis effectué environ 300'000 jours de service dans tous les cantons et dans la Principauté du Liechtenstein.

L’armée suisse a satisfait jusqu’à la fin mai environ 280 demandes en faveur d’hôpitaux, de maisons de retraite et aussi d’une prison. Les 800 militaires encore engagés dans les domaines de l’aide et des services de base ont été renvoyés à la vie civile vendredi. Près de 100 militaires en service long et bénévoles restent toutefois disponibles jusqu’à la mi-juin.

Mille militaires en service d'appui

Si la situation s'est normalisé dans le secteur de la santé, les contrôles aux frontières sont encore nécessaires jusqu’au 14 juin au moins, précise l'armée. Quelque 650 militaires de l’infanterie et de la police militaire resteront en service pour continuer à soutenir l’Administration fédérale des douanes et deux corps de police cantonaux.

Environ 250 autres militaires seront encore disponibles pour assurer des services de base et appuyer des états-majors. Un millier de militaires restent donc encore en service d’appui.

Le recrutement a pu reprendre le 25 mai. Environ 12'000 recrues et cadres pourront commencer comme prévu leurs écoles de recrues d’été le 29 juin 2020. Les cours de répétition prévus pour le quatrième trimestre auront également lieu selon la planification actuelle, si l’évolution de la situation le permet. Durant tous les services, les soldats sont appelé à suivre les règles d’hygiène et de comportement suivant des concepts élaborés d’entente avec l’Office fédéral de la santé publique.

Les images du jour

Retour à la page d'accueil