Portugal - Suisse

Murat Yakin : «Nous sommes tous coupables»

ATS

7.12.2022 - 17:05

Le jour d'après prend parfois des allures de tribunal. Au lendemain de la défaite 6-1 contre le Portugal, l'heure des comptes avait effectivement sonné pour les responsables du football suisse.

LE WRAP - Mondial : l’heure du bilan pour la Nati

LE WRAP - Mondial : l’heure du bilan pour la Nati

Chaque jour, nos journalistes vous font (re)vivre le meilleur de la Coupe du monde au Qatar dans notre capsule LE WRAP - Mondial. C’est l’heure du bilan pour l’équipe de Suisse, éliminée mardi en 8es de finale par le Portugal (6-1).

06.12.2022

ATS

7.12.2022 - 17:05

Dominique Blanc, le président de l'Association Suisse de Football (ASF) qui a tenu à rappeler en préambule que «ce qui ne tue pas rend plus fort», et le directeur des équipes nationales Pierlugi Tami entouraient l'«accusé» Murat Yakin pour un debriefing musclé que son prédécesseur avait, faut-il le rappeler, esquivé il y a quatre ans en Russie après l'élimination devant la Suède.

«Après une telle défaite, personne ne peut se dédouaner. Nous sommes tous coupables. Nous avons tous commis des erreurs, reconnaît Murat Yakin. Nous ne méritions pas d'aller plus loin dans cette Coupe du monde.»

En concertation avec les cadres

Le Bâlois estime toutefois que cette défaite ne s'explique pas par son choix de jouer avec une défense à cinq. «Un choix arrêté en concertation avec les cadres de l'équipe, précise-t-il. Les deux premiers buts du Portugal n'ont rien à voir avec le système de jeu. Sur le premier, on est mis hors de position sur une simple touche. Sur le deuxième, nous sommes défaillants dans le marquage sur un corner.»

Comme le sélectionneur la veille, Pierluigi Tami a mis l'accent sur le manque de fraîcheur des joueurs. «Le Portugal a pu faire tourner son effectif lors du troisième match de poules, remarque le Tessinois. Nous, en revanche, avons dû livrer une rencontre éprouvante contre la Serbie. Si j'ai un regret, c'est qu'il nous a manqué un but contre la Serbie pour affronter la Corée du Sud plutôt que le Portugal en huitième de finale...»

Pour Murat Yakin, ce manque de fraîcheur s'est lu dans les statistiques. «Nous avons couru 10 km de moins que les Portugais mardi soir, lâche-t-il. Or, pour battre une telle équipe, il n'y a pas d'échappatoire: tu dois courir plus que l'adversaire.»

«Nous allons surmonter tout cela»

Le sélectionneur a balayé l'hypothèse d'une cassure avec son vestiaire. Xherdan Shaqiri et Yann Sommer n'avaient pas caché leur scepticisme quant au bien-fondé de jouer avec une défense à cinq.

«Quand tu perds sur un tel score, tes propos peuvent vite dépasser le fond de ta pensée, poursuit Murat Yakin. Nous allons surmonter tout cela. J'en suis convaincu. Ma tâche essentielle est d'insuffler une motivation nouvelle aux joueurs dans l'optique de la prochaine campagne de qualification pour l'Euro 2024.»

Une campagne que la Suisse disputera, en principe, avec toujours la même ossature. «Aucun joueur n'est venu vers moi pour me dire que son temps en équipe de Suisse était terminé», révèle Pierluigi Tami.

Choix exclusivement sportif

On ignore si Kevin Mbabu et Jordan Lotomba reviendront en grâce en mars prochain. Sanctionnés en juin pour s'être adonné à une partie de cartes trop tardive dans le lobby d'un hôtel, le Genevois et le Vaudois ne figuraient pas dans la liste des vingt-six sélectionnés pour cette Coupe du monde.

Murat Yakin a rappelé que la décision de ne pas les emmener au Qatar fut un choix exclusivement sportif dicté par «le nouveau statut d'Edimilson Fernandes à Mayence et par la performance de Renato Steffen à Genève lors du succès 1-0 devant le Portugal». «Je m'étonne de devoir parler des absents», glisse-t-il avec une pointe d'énervement qu'il n'a pas pris la peine de dissimuler. Mais lorsque vous vous retrouvez sur le banc des accusés, il est normal que certaines questions puissent fâcher.

ATS