Agathe Lecaron: «Je suis une maman assez sévère»

Caroline Libbrecht / AllTheContent

12.10.2020 - 09:23

La présentatrice française de radio et de télévision Agathe Lecaron.
France Télévisions

Après «La Maison des Maternelles», France Télévisions a lancé «La Maison des Parents» (France 4). Nouveau cœur de cible: les parents d’enfants de plus de six ans. Entourée de chroniqueurs, Agathe Lecaron décortique les comportements des pré-ados et ados.

«La Maison des Parents» vient de débarquer sur France 4. Quelle est l’origine de cette nouvelle émission?

Cela fait 20 ans que «La Maison des Maternelles» existe et cela fait 20 ans que l’idée d’une émission qui parle des enfants de plus de six ans est dans les cartons! Les préoccupations des parents sont vraiment très différentes selon l’âge des enfants. On ne pouvait pas tout mélanger. Les parents d’enfants plus grands étaient les grands oubliés de «La Maison des Maternelles». C’est pourquoi je suis très contente que «La Maison des Parents» ait enfin pu voir le jour.

Agathe Lecaron: «Les emm***** arrivent plus vite qu'on ne l'imagine!»
France Télévisions

Les deux émissions sont complémentaires et elles sont toutes les deux diffusées sur France 4. Pourquoi?

France 4 est une chaîne destinées aux familles et les deux émissions remplissent une mission de service public. C’est cohérent que France 4 les diffuse. «La Maison des Maternelles» concernent les enfants jusqu’à six ans. Ensuite, «La Maison des Parents» prend le relais. Petits enfants, petits problèmes: les thèmes abordés sont plus lourds… et les parents encore plus désespérés! En ayant des enfants, on sait qu’on prend pour perpétuité (rires)!

«Après la naissance d’un enfant, les jeunes parents vivent une tempête émotionnelle»

Quelles sont les différentes problématiques abordées?

Après la naissance d’un enfant, les jeunes parents vivent une tempête émotionnelle, ils doivent trouver un rééquilibrage. Il faut les aider à trouver leur place et à devenir parents, tout en restant un couple. «La Maison des Maternelles» est une bonne préparation à la parentalité. Pour les parents d’adolescents, ce qui peut être difficile, c’est de libérer la parole. Ils ont parfois perdu le lien avec leurs enfants. C’est tout l’intérêt de «La Maison des Parents» qui vient de démarrer. Pour l’instant, ce qui m’a interpellée, c’est l’émission sur les réseaux sociaux. J’ai découvert que des jeunes de 12 ans ont des chaînes YouTube…

«Les emm***** arrivent plus vite qu’on ne l’imagine»

Est-ce à nous, parents, de nous adapter?

Les emm***** arrivent plus vite qu’on ne l’imagine (rires)!

Pouvez-vous nous présenter Yasmine Oughlis, nouvelle chroniqueuse de «La Maison des Parents»?

A 39 ans, elle est à la tête d’une famille recomposée avec six enfants. Autant dire que c’est une héroïne! Cela nous intéressait d’avoir son point de vue. Elle nous permet de relativiser: elle a deux jeunes enfants et elle s’occupe aussi des 4 enfants adolescents de son mari. Chapeau! C’est la perle rare, je crois. Les autres chroniqueurs de «La Maison des Maternelles» ont resigné aussi: Benjamin Muller qui a 3 enfants, Marie Pérarnau qui en a 4… Et moi-même, j’ai deux garçons de 4 et 6 ans.

Agathe Lecaron: «J’essaie d’être la meilleure mère possible, mais il m’arrive aussi de m’énerver et de crier!»
France Télévisions

«Je me demande ce que mes enfants me reprocheront plus tard.»

Ces émissions vont-elles refroidir certaines personnes qui hésitent à devenir parents? 

Franchement, ça m’aurait peut-être dissuadée, mais en même temps, la magie prend le pas sur le stress… heureusement! C’est vrai qu’éduquer un enfant, c’est un métier difficile! Parfois, je me demande ce que mes enfants me reprocheront plus tard (rires). Je suis une maman assez sévère, mais j’essaie de mettre de la joie et de l’humour aussi. Je leur parle beaucoup et je fais tout pour qu’ils aient confiance en moi. J’essaie d’être la meilleure mère possible, mais il m’arrive aussi de m’énerver et de crier!

Qu’est-ce que vous redoutez le plus, à mesure que vos enfants grandissent?

Les addictions, en numéro un! Et puis, les problèmes d’apprentissage, d’orientation, car notre système scolaire est très normé. L’anorexie est aussi un thème difficile. Le harcèlement enfin, c’est un problème qui peut survenir très tôt.

Concrètement, comment allez-vous faire pour présenter les deux émissions?

Je vais me dédoubler. C’est intense, mais le sujet est passionnant, donc je le vis très bien!

Retour à la page d'accueil